La fabuleuse histoire de Pâques

  • Junes Davis-Cohen

Il m’est venu l’idée folle de vous raconter « vite-fait » l’histoire de Pâques ! Mais sans la recherche des œufs en chocolat avec le lapin qui fait flipper les enfants ! Non, moi je vous propose l’histoire rapidos de la vie de Yossef, dans :

« Amour, pas de gloire, et spartiate »

Alors, allez me chercher du pop-corn, asseyez-vous confortablement et… action :

Tout a commencé lorsque Yaacov, l’un de nos patriarches, est tombé follement amoureux de Rachel, la fille de Laban. Ce monsieur a promis à Yaacov de lui donner la main de sa fille, s’il travaillait 7 ans pour lui (si à l’époque, mon mari était parti voir mon père, et il lui avait proposé le même deal, pas sûr qu’à l’heure actuelle, je serais mariée !).

Après ces 7 années, Laban, par un tour de passe-passe, a donné Léa comme épouse, plutôt que Rachel. Le lendemain, Yaacov est allé voir Laban pour s’énerver, parce qu’il l’avait roulé bien plus que dans la farine ! Son beau-père, un peu (très) blata sur les bords, lui a proposé de travailler 7 années de plus pour épouser enfin l’amour sa vie.

Les années écoulées, enfin le mariage fut célébré. Entre temps, Yaacov épousa deux autres femmes pour diverses raisons (même pas en rêve j’accepte que mon homme en épouse une autre pendant notre mariage, non mais !) et D. bénisse, il eut 12 garçons et 1 fille.

Hélas, quelques années plus tard, Rachel décéda en donnant naissance à leur deuxième fils. Pour continuer à vivre sans sa bien-aimée, Yaacov reporta son amour sur Yossef, leur premier.

Et les vraies embrouilles ont commencé. Pour bien montrer à tout le monde que Yaacov préférait Yossef, il lui offrit une super tunique de folie. Les autres frères en devinrent trop vénères de cette vénération injustifiée !!!

Un matin, alors que les frères faisaient paître le bétail dans les montagnes, Yaacov a envoyé Yossef les rejoindre. Yossef était un peu flippé parce que la dernière fois qu’ils s’étaient tous réunis en famille, il avait dévoilé deux rêves étranges qu’il avait eus, et au vu de l’interprétation qu’il avait donnée, ça a bien fait monter les enchères de la jalousie inter-fratrie. Après quelques jours de marche, Yossef a aperçu ses frères. À la minute où ils l’ont repéré, ils ont voulu se débarrasser de lui........définitivement ! Ruben, l’ainé, s’est interposé pour le laisser vivre.

Pour les convaincre qu’il était d’accord sur le principe de le voir mourir (mais en fait c’était pour de faux !), il a proposé de balancer Yossef dans un puits en espérant qu’il crève durant la nuit. Tous étaient d’accord pour le laisser moisir dans ce puits, pour qu’il meure pour de bon d’une morsure de scorpion, cobra ou autre truc.

Mais au petit matin, par grand miracle d’Hashem, Yossef s’en est sorti indemne. Alors les frères voulurent en finir une bonne fois pour toutes en l’attrapant par le cou, mais au même moment, une caravane de marchand ambulant d’esclaves passait par là. L’équipe descendait vers l’Egypte. La fratrie a décidé de saisir l’occasion de se débarrasser du petit bro, en le vendant comme esclave. Mais, juste avant, ils ont pris soin de lui retirer la fameuse tunique, et de la tremper dans du sang de mouton, pour faire croire à leur père que Yoyo était mort par accident. (Pas cool, mais alors pas cool du tout !).

Beaucoup plus tard, Yossef, qui était devenu un grand grand beau gosse (un peu de tenue Davis, on parle d’un patriarche tout de même !), a été vendu comme esclave dans la maison de Putiphar, le bras droit de Pharaon. Malgré sa malheureuse situation d’homme privé de sa liberté, sa confiance en D. a été renforcée à chaque épreuve qu’il a endurée (Du coup, je me sens mal quand je suis énervée contre la prof de mon fils ! Ça relativise le truc !).

Putiphar (n’empêche, c’est bizarre comme prénom !) était tellement content de son nouvel esclave, qu’il l’a nommé chef de sa maison.

Un soir où Yossef était seul en train de faire un truc (ne m’en voulez pas, je ne connais pas tous les détails !), la femme de Putiphar, très coquine, a voulu s’approcher de Yossef pour lui faire des mamours et benefits, mais il lui a gentiment fait comprendre qu’il n’était pas intéressé. Elle, vexée comme un pou (mais il parait qu’elle était trop belle, donc double dose de résistance pour Yossef !), cette gueuse de mauvaise joueuse de femme de Putiphar a fait sa drama Queen, en l’accusant de l’avoir violée. Pauvre Yossef qui s’est fait direct jeter en prison même si le Puti savait au fond de lui que Yossef était innocent.

Du fin fond de sa prison, Yossef n’a pas flanché, et à continuer d’être un bon juif malgré les épreuves.

Jusqu’au jour où il a eu la visite de deux prisonniers exceptionnels:

Le maître échanson et le maître panetier (vous imaginez quand j’étais petite, la première fois où j’ai entendu parler de ces corps de métiers. J’ai vite compris que cela n’avait rien à voir avec un chanteur ou un panier !) Donc le maître échanson est chargé de boire toutes les boissons du roi avant le roi, pour vérifier si on n’essaye pas de le tuer, (un métier à haut risque, cela dit !). Ainsi que le maître panetier qui a pour but de goûter la nourriture du roi pour les mêmes raisons que son collègue. Sacrebleu, une mouche est tombée dans le vin du roi, et un caillou dans le pain, donc les deux compères se sont retrouvés en prison pour leurs fautes professionnelles. C’est alors qu’ils firent des rêves troublants (tu m’étonnes!).

Yossef, qui était fort en interprétation de songes, leur prédit que l’un allait être pendu, et que l’autre reprendrait sa place auprès du roi. Ce qui arriva trois jours plus tard.

Les années passèrent, et Pharaon fit à son tour deux rêves très perturbants. Du coup, il en était très perturbé (oui, je sais, les rêves dans cette histoire sont omniprésents). Le roi demandait à tous ses conseillers de les interpréter, mais ils racontaient tous n’importe quoi. Putiphar, qui n’avait jamais oublié Yoyo, a sauté sur l’occasion en rappelant au maître du vin de faire appel à l’hébreu qui savait interpréter les rêves.

Direct, on fit amener Yossef au palais, et en deux secondes, il a tout déchiré, en donnant une signification cohérente des dreams ! C’était le destin de l’Egypte que D. avait voulu montrer à Pharaon, 7 années d’abondances s’annonçaient et 7 années de famine suivraient. Yossef, guidé par Hashem, fut poussé à conseiller au Pharaon d'engager quelqu’un pour gérer les stocks, faire du commerce, et devenir de gros blindés.

Sans aucune hésitation, Pharaon nomma Yossef comme premier intendant général de toute l’Egypte (en gros le vice-président du pays!). En prime exceptionnelle, le roi donna la main de sa petite protégée: Asnath (une bombe), qui était en réalité la fille de la sœur de Yossef, Dina, qui par grand malheur s’était faite violer des années auparavant.

Sept années plus tard, la famine a frappé tout le pays. Yaacov qui ne s’était jamais vraiment remis de la mort de son fils, envoya ses autres fils en Égypte pour acheter du blé. Une fois sur place, et avec tout un stratagème digne des Experts Manhattan avant de dévoiler son identité, Yossef dû tester ses frères pour vérifier qu’ils avaient changé et qu’ils ne voulaient plus le tuer (mieux vaut être prudent!!). Une fois le choc et les embrassades de circonstances passés, Yossef fit descendre son père et tout le camp en Égypte. Yaacov mourut en paix à l’âge de 147 ans.

Quelques décennies plus tard, un nouveau pharaon s’est levé et a eu la douda contre les hébreux. Le nouveau roi était totalement flippé, car les hébreux étaient devenus si nombreux, qu’il ne voulait pas prendre le risque que tout un peuple s’accorde avec un autre roi si une guerre lui était déclarée, et là, les vrais vrais problèmes pour nous ont démarré :

Esclavage drastique pendant 210 ans… la misère, l’horreur, la terreur furent infligées à nos ancêtres, par ces saletés de sans cœur d’Égyptiens, jusqu’à ce que Moshé Rabenou vienne nous chercher en frappant l’Egypte de 10 plaies (bien méritées). Et c’est ainsi que le 14 Nissan au soir, assis autour du seder, nous revivons notre sortie d’Égypte, en mettant sur la table des symboles forts qui nous rappellent que nous sommes un peuple libre dans notre tête, dans notre esprit, dans notre corps.

D. dans toute sa puissance est partout avec nous, et ne nous abandonne jamais, même à Cancun Pessa’h paradise, même en Californie Pessah tout compris, même dans les montagnes pour une semaine de ski de folie pension complète, même à Tahiti, et évidement chez nous en Israël.

Après vous avoir conté cette histoire, je vous souhaite d’excellentes fêtes de Pessah!!!! Qu’à l’instar de Yossef Hatzadik, même si nous ne pouvons être tous en terre d’Israël, nous pouvons sublimer notre judaïsme, notre croyance envers D. partout dans le monde.

À nous de jouer.

Hag Sameah!!!!!!!!!

Ps: Pardonnez moi si mon texte était plus long que d’habitude, et je vous remercie du fond du cœur d’être allés jusqu’au bout. Je ferai une vidéo funny avec les éléments du seder pour le kiffe. Je vous embrasse fort et good luck pour la dernière ligne droite.

 La fabuleuse histoire de Pâques
 La fabuleuse histoire de Pâques

Justine 21/04/2016 19:13

Sympathique l'histoire... Mais elle ne nous dit pas qui est le beau gosse (tres tres beau) en photo... :)

Junes Davis-Cohen 22/04/2016 12:36

c est le Yossef que j'imagine dans ma tete

Tsipora 20/04/2016 12:18

mdr, la photo du "beau gosse".
C'est ainsi que tu imagines Yossef ?

A part ça je crois que c'est le maitre échanson qui s'est rappelé de Yossef, pas Putiphar

en tout cas, merci d'avoir pris le temps de rédiger cet article, malgré les nombreuses occupations du moment

Pessah' cacher vé saméah

Junes Davis-Cohen 20/04/2016 18:33

merci Tsipo

Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog