Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pearl, Livy et complications

Publié le par Junes Davis-Cohen

Ça y est, c’est le grand jour. Les petits fours sont au garde à vous à la wanegain/à l’ancienne sur la table. D’ailleurs, faut que je pense à poster la photo de mon buffet sur PNRSS, mais j’ai peur, parce que si je ne mets pas toutes les recettes, je vais me faire jeter. J’attends mes invités comme le messie. J’ai calculé que chaque invité doit prendre en moyenne minimum 4 kilos en sortant de chez moi, Livy incluse, dont je jalouse secrètement la taille S et ces dents! Melissa (ma cousine), m’appelle pour me dire qu’elle ne viendra qu’en fin de soirée. Elle n'a pas fini ses achats. Très bien, parfait, de toute façon je ne comptais pas sur elle.

Les invités arrivent, s’installent, font des ohhhh et des ahhhh. J’adore quand mes invites me font des compliments sur ma bouffe, je me sens complète. Non mais parfois faut vraiment que tu te fasses psychanalyser*, ma pauvre!

Bref, les mariés arrivent comme des stars, accueillis par des pauvres imitations de Youyous. Je n’aurai plus de voix le lendemain à force de m’être entrainée toute la journée. Tout le monde est là, il manque juste deux personnes: Pearl et Livy. Peut-être qu’ils se sont rencontrés dans l’ascenseur et qu’ils sont partis dîner et fin de l’histoire. Attends, on sonne à la porte.

C’est Pearl avec une bouteille de vin cacher, me précise t-il. So cute!

Il s'installe, et je remarque pour la première fois de ma vie, six femmes en simultané, dont la mariée, (tu t’es pas mariée, hier toi???) ouvrir leur bouche. J’ai même aperçu un peu de bave sur certaines levres. Un mari s’arrêtera de parler d’un coup sec pour aussi regarder Pearl (mais ça n’est pas mon problème). Ah, la porte resonne. Je demande à la femme de ménage d’y aller, mais elle a l’air aussi bloquée comme les autres, sauf qu’elle a mon plat de cigares à la main (hyper long à faire, mais super bon). Bon, j'ai compris, je vais aller ouvrir moi-même. Super, c'est Livy. Mon plan diabolique de les remettre ensemble peut commencer. On s’embrasse, je l’entraine dans le salon, elle y jette un coup d’œil. Oups, elle a l’air furax! Elle me prend par le bras (un peu trop fort à mon goût!) et me demande : c'est quoi ce plan? Pourquoi mon ex est dans ton salon? C'est pas moi, je te promets. Je n’ai rien à voir avec tout ça, c’est Micka qui l’a invité à la dernière minute. Ne m’en veux pas. (Dis donc Junes Davis, ça te dit quelque chose les 10 commandements sur de la pierre ? Avec un monsieur sur une montagne plein de coton au menton, avec une voix en fonds sonore: TU NE MENTIRAS POINT ? Je ne mens pas, j’arrange la vérité, nuance! Comment crois tu que je suis encore mariée???)

Livy se calme..... Elle prend place. Les hommes, dont le mien, (grrrrr....maudit sourire) la regardent avec un peu trop d’insistance, (les femmes aussi la regardent sauf une, la femme de l’autre qui a arrêté de parler quand Pearl est rentré, il est bizarre ce couple, dernière fois que je les invite!!!!)

Ça papote dans tous les coins de la table, les entrées sont enfin sur la table. La femme de ménage se fera omniprésente tout le long du repas pour mieux se rincer l’œil. Mais, je sens que c’est tendu, entre Pearl et Livy. Il la regarde, elle le snobe, mais elle lui jette quand même quelques coups d’œil, (je l’ai grillé, deux fois). Tiens, la porte sonne. Personne ne se lève? Ok, j’ai compris, c'est bobone qui s’y colle.

Oh boy!!!! C'est Melissa, qui revient plus tôt que prévu de ses courses, avec 200 sacs dans les mains et me dit :

- T'as vu j’ai fait des mèches, t’aimes?

- Je sais pas, j’ai juste 25 invités là.

- Et alors je vois pas le rapport? C’est joli ou pas?

- Oui, très belle!!!

- Je me change ou je suis bien? Jeans/pull loose/ ballerines.

- Oui, tu es très bien. Elle va vers la table, se sert un banatage (j’adore ces trucs, je peux en manger sans fin. Si j’ai bien compris, tu as fais tout ce que tu aimes mais c’est le Cheva Brahot de Barbara ou le tien? Regarde plutôt ta cousine qui est bloquée.)

Oououououh Melissa ça va? Mince, j’avais oublié son cœur d'artichaut. Non mais t’inquiète, elle est censée se marier le 12, elle doit être vaccinée. Je me fais du souci pour rien.

Elle se rue vers moi et m’entraine dans la cuisine.

- C'est qui ce mec? (Ah bah non, pas vaccinée et je crois que je vais me faire du souci finalement!!!!). Depuis quand tu connais des beaux gosses ?

- Depuis que je suis mariée, j’en côtoie un tous les jours.

- Non, non, pas ton mari, le type là, à côté.

- Reste concentrée, Melissa, va voir tes achats pour le mariage, ça va te rafraîchir la mémoire.

- Ah t'as raison je vais me changer.

- Mais non Melissa, reviens tu es très bien. Trop tard...

Je retourne à la table, je fais activer les plats, comme un chef d’orchestre (le rôti de veau à droite, le poulet à gauche, le couscous boulettes au milieu). J’entends « tu nous as tués Junes, ce soir!!!!! » Et une victoire de canard de mère juive qui nourrit ses petits et une!!!!! Et là, Melissa débarque. Mais genre le débarquement de Normandie avec toute l’artillerie lourde.

Elle a confondu ma salle à manger, avec la cérémonie de Miss Univers (pour qui elle se prend) avec la robe rouge, pailletée, méga courte devant, et la traine méga longue derrière. (Plus tard j’apprendrai que c’était sa robe de henné).

Elle n'accorde aucun regard à mes invites, fonce s'assoir en face de Pearl. Ma place!!!! (Mazette, j’avais pas vu le décolleté tellement j’étais focus sur le rouge à lèvres rouge sang, WAOU!!! J’ai envie de siffler, c’est grave docteur*?).

Elle lui dit:

- Salut, moi c'est Melissa, j’ai 28 ans, je viens à la seconde de décider d'habiter à New York chez ma cousine Junes.

En même temps, Micka et moi, nous crions: Ah bon ????????? Melissa ignore notre comment'.

Pearl: J'adore ta cousine. Elle a toujours des histoires marrantes à raconter (Merci petit).

Melissa: tu savais qu'elle écrit des histoires, sur un blog?

Moi dans ma tête: SHUT UP MELISSA, juste SHUT UP!!!!

Mais Livy, qui n’avait pas dit un mot depuis le début de ce petit manège, décide de prendre la parole et nous dit; vous savez que moi aussi, j’ai une histoire à vous raconter: une histoire amazing.

Pearl ignore Melissa, et dit à Livy, raconte nous ton histoire, tout ce qui te concerne m’intéresse et m’intéresseras toujours, Honey!

Je ne suis pas ta honey, toi! Alors je vous raconte mon incroyable rencontre avec mon nouveau boyfriend.

Pearl: Boyfriend?????

Chéri, viiiiiiiite prend le verre en cristal des mains de Pearl, viiiiiite, je sens qu’il le serre trop fort, à 70 dollars le verre, c'est dommage.....

Livy: C’était il y a un mois à peu près, je sortais du sport.......

À la semaine prochaine mes chéris, pour la suite, avec une des histoires les plus romantiques qu’il m’ai été donné d’entendre depuis longtemps!!!!!!! Gros gros bisous

* En tant que boulimique par procuration, il faut que j’appelle Myriam Ben. À ce propos, je vous ai déjà parlé d’elle, c’est l’une des personnes les plus importantes de ma vie (à part vous bien sûr!) elle est fantastique. Myriam vous dissèque votre cerveau et vos sentiments et les reconnecte ensemble. Dans une vie antérieure, c’était la concurrente de Freud, mais sans le divan et sans les parties gênantes!!!!!!! Elle a créé le groupe soyons zen,.....psycho et bien-être et elle fait des consults sur Jeru. Allez la voir de ma part, elle vous servira une analyse royale.

Partager cet article

Repost 0

La recette pour endormir les enfants

Publié le par Junes Davis-Cohen

Déjà il faut choisir un enfant. Prenons par exemple: le vôtre!

Découper sa journée en plusieurs morceaux, de préférence bien gras (la crèche, l’école, la nounou ou carrément vous-même!!!!)

Ajouter des tours au parc ou au manège, avec un peu de trottinette ou du vélo, pour les dépenses physiques journalières. (étape cruciale à ne surtout pas bâcler!!!!)

Mélanger votre enfant avec d’autres enfants, pour qu’entre eux ils se côtoient, se palpent (parfois se mordent aussi), s’amusent et se sociabilisent. Ne pas trop s’éloigner, à surveiller de près. Hélas, il arrive souvent que bien plus qu’un torchon ne brûle entre eux !!!!!

Tourner plusieurs fois votre langue avant de hurler: Samuel tu arrêtes tout de suite de couper les cheveux de Jessica. Oui, Jessica est une fille, et elle a plus de trois ans, mais ce n’est pas à toi de décider de lui couper des mèches !!!!!!!!! LÂCHE CES CISEAUX!!!!!!!.

Saupoudrer le tout de tchoupi, de Caillou, et de Titoune, sans oublier quelques comptines, pour faire genre/zarma c’est éducatif.

Laisser mijoter à feu doux jusqu'au soir pour le tiercé gagnant : devoirs, bain et diner.

Si vous suivez scrupuleusement chaque étape comme il est écrit ci-dessus, vous aurez vôtre soirée ultra reposante seule, (soit avec votre ordi pour mater une série ou soit me lire!!!!!!) ou une soirée en amoureux avec votre mari. Voilà à bientôt.

- Minute papillion, Madame Davis, j’ai suivi votre recette à la lettre et le résultat n’est absolument pas le même.

- Ah c’est étrange, allons voir ensemble pour mieux comprendre dans quelle catégorie de maman vous vous trouvez:

Êtes-vous une maman militaire? Réponse a:

- Moi, c’est à 7h30 que mes enfants sont au lit!!!! Tout est une question d’habitude. C’est comme ça depuis leur naissance. Aucun enfant ne sort de sa chambre, je suis hyper rigide là-dessus. C’est clair!!!!!

- Oui Maman a), mais posez-moi ce ton strict avec moi, je ne suis que l’auteur de cette recette.

Êtes-vous une maman détente? Réponse b:

- Attends Corinne, moi les enfants vont au lit quand ils veulent. Quand ils seront fatigués, ils s’écrouleront quelque part dans la maison et on les déplacera dans leur lit. Je ne me prends pas la tête.

- Mais ton fils est en train de jouer avec le marteau et il est 10h30, t’es sûre que tu lui dis rien au petit ? Il a trois ans !!!

- Mais non, il dormira plus quand il sera plus grand voila tout……

Êtes-vous une maman semi-cool? Réponse c :

- Faut pas qu’ils se couchent trop tard non plus! Entre 8 et 9h ça me parait correct. Après les pipis, les dents et les histoires du soir, des bisous et ça dort. Avec Lior, mon mari, on peut un peu se détendre. Trois jours sur six, ça se passe super bien avec les loulous. Gabriel, tu peux poser l'ipad quand maman te parle??? Ok, dans cinq minutes mon chéri, mais cinq minutes, après tu éteins.

Est-ce que vous êtes la maman au bord des nerfs? Réponse d (comme moi) :

- Je fais le rituel du dodo selon Françoise Dolto (qu’on la pende!!!!! Mais elle est déjà morte….eh bien c’est pas grave, chaque fois que je jouerai au pendu avec mes enfants, je penserai a elle!!!!!!). Depuis 7h30 du soir, je répète 345 fois « va te mettre au lit, te coucher. Si je te vois encore te lever, je te jure que ça va barder. Mai tu n’es pas fatigué????? MAIS DORS !!! ARRETE DE ME DEMANDER DE L’EAU 200 FOIS. Y A T-IL UNE PILE À L’INTÉRIEUR DE TON CORPS POUR QUE J’ARRACHE POUR QUE TU DORMES… »

- ohohohoho madame, on se calme, on souffle, on se détend, vous avez suivi toutes les étapes????

- Oui.

- Vous avez pris du temps pour vous ces derniers temps ???

- Comment ça???? De quoi parlez-vous ? Je veux rester auprès de mes enfants le plus de temps possible. Je les aime plus que tout.

- Mais moi aussi chère madame, c’est justement parce que je les aime que de temps en temps, je vais me promener (seule), quand je déjeune (seule ou accompagnée de mes copines!), et même quand je vais même faire mes courses en solo avec mon caddie, je respire, je me ressource et je rentre chez moi avec d’autres ingrédients essentiels pour ma recette: une bonne cuillère de patience, une énorme cup de tendresse , une bonne rasade de douceur. Et tout en vous écrivant, mes jumelles, bercées par les touches de mon ordi, se sont enfin endormies…..

Chères mamans, je vous envoie toute mon énergie positive, toute la force et la patience dont une maman (et un papa) a besoin pour endormir son enfant, car quand il dort et que nous le regardons dormir, c’est là que nous l’aimons le plus n’est-ce pas??? Bonne nuit les amis!!!!

Partager cet article

Repost 0

chapter 2: Le grand retour d’ultra bright!

Publié le par Junes Davis-Cohen

Dans moins de 4 jours, ce sera le mariage de mon amie Barbara.

Le jour d’après, j’ai promis de lui préparer son cheva brahot. Mon mari a péniblement accepté le fait que ma cousine Melissa se ramène du Canada à la même période: elle vient quand je ne suis pas là, je viens quand elle n’est pas là, c’est clair?? Très clair. Fiouffff, on a eu chaud! Le jonglage des concessions est devenu un art que l’on retrouve dans la tête et dans le cœur des mamans* !!!!

Le mieux, c’est que je commence par faire mes courses. Allez hop, je prend ma liste et ma trottinette (charriez pas, j’ai une peur bleue des grosses roues!) et je fonce vers Fairway (le casino!). Mais avant tout début de journée où le soleil vient de se lever, je vais aller retrouver mon ami le Starbucks!!!

Au moment où je pousse les portes, je me dis : Dis donc, y a vachement de monde ce matin. Paf, quelqu’un me bouscule sans s'excuser, (mal élevé!), et mon sac se répand de son contenu par terre. Allez, mets-toi à quatre pattes, (classe!), pour remettre vite les papiers de kinder country (vides), et les tickets de caisse qui datent de trois mois.... mais une main charitable se mêle de mes affaires, (c’est le cas de le dire) et m’aide à ramasser mon bazar. Je suis des yeux la main, le bras et le visage eh oh, oh, mais je le reconnais ce visage, c’est Livy dit Ultra-bright. Mazette qu’est-ce qu'elle fait là??? Dans mon Starbucks??? (T’es devenue proprio??? Façon de parler....) Ça fait des semaines que j’essaye de la contacter et la voilà par terre avec moi:

- Hi Livy, ça va? Tu te rappelles de moi???

- Hi, of course, comment tu vas Junes? So good to see you (Franchement, je n’ai jamais compris cette phrase, c’est trop bon de te voir, male, femelle, animaux, cette phrase est utilisée n’importe comment....). Anyway, je réfléchis à 100 à l’heure pour l’inviter délicatement à mon chéva brahot pour qu’elle revoie son ex Pearl Harbor, et les remettre ensemble. Mais comment éviter qu’elle sente le traquenard?? Bon, je me jette à l’eau:

- Moi aussi, trop contente de te voir, alors qu’est-ce qui t’amène dans le coin?

- Je devais récupérer un papier.

- Ah super! (M′en fou) ça va la vie? Tu fais quoi lundi soir prochain? J’organise une fête pour une amie, ça te dit de venir? Y’aura plein de célibs. (Faux, il y aura 1 célib, Pearl, mais chuuut c’est notre secret).

- Oui je veux bien, c’est super sympa, merci, mais je ne suis pas célib!

- Comment? (Gloubs, j’ai du louper un épisode, remarque avec des dents pareilles.....)

- Je veux bien venir à ton cheveux de truc là, mais à une condition:

- Euh...... laquelle ?

- On n’a pas eu le temps de développer ton histoire avec ton mari. Je veux savoir comment tu savais que c’était lui l′homme de ta vie. Comment au bout de deux mois tu as dit oui? Si tu me racontes un bout de toute ton histoire, je serai enchantée de venir.

- Tu serais pas journaliste d’investigation amoureuse, toi, par hasard? Parce que tu me poursuis un peu!!!!

- Come on, en cinq minutes, deal?

- Là maintenant? Au starbucks avec mon thé ? Mais j’ai mes courses à faire!!!

- Please! (comment dire non???).

- Ok deal, mais juste le temps que le thé arrête de me bruler la glotte.

Donc, on prend place sur deux tabourets Starbukiens!!!

- OK, alors raconte moi votre premier rendez vous.

- Fine:

Quelques jours après la fête organisée par Shoshana Boutboul, j’avais le post-it griffonné et froissé avec le numéro de Micka intégré dans ma main. J’appelle ? J’appelle pas? J’appelle? J’appelle pas? Je l’ai déjà rattrapé dans la cuisine, je ne vais pas en plus l’appeler... Laisse tomber, on verra dans trois jours. (La fameuse règle de 3, absolument idiote où tu peux mourir d’impatience entre temps!!!!!! Tu vas vérifier 34567893467 fois si le téléphone fonctionne, et hélas, 34567893467 fois il marchera.....). Mais deux jours après, contre toute attente, mon téléphone sonne et affiche un numéro que je connais maintenant par cœur. Mon cœur fait un bond en avant, et je veux appuyer sur le bouton vert, direct. (Attends au moins trois sonneries, parce que ça fait chacal sinon! Mais je suis une chacal!!!! Oui, mais il n’est pas obligé de le savoir tout de suite!) Ok, je réponds (l’air détaché n’oublie pas!!!!)

- Allô ? Bonjour c’est qui??? (C’est quoi cette voix???? Tu as avalé un téléphone rose au petit déj????)

- Salut, c’est Micka, je sais pas si tu te souviens de moi. On s’était vus à l’anniv de je sais plus qui?

-.... Micka.... Laisse moi voir, (mytho même une arracheuse de dents s’y prend mieux que toi!!!!) Ah oui, je me rappelle, ça va?

- Ça va, super. Non, en fait, pas vraiment. Je pensais avec l'espoir infini que tu allais m’appeler, mais tu ne l’as pas fait, alors j'ai du demander au copain de la cousine de mon oncle pour avoir ton number Miss Junes! Ouffff, on se détend et on arrête de prendre sa voix de pétasse!!!! Ça te dit d′aller au resto avec moi, demain soir?? Direct demain soir??? Il perd pas de temps (ça aurait du te mettre la puce à l’oreille!)

- Je sais pas, faut que je vois.

- Allez, dis oui Junes, dis oui, j’en serai enchanté. N’empêche, ça fait du bien d′avoir quelqu′un de spontané, et qui m’a l’air sincère.

- Bon d’accord, à demain, tu viens me chercher?

- Je sais pas, je t’envoie l’adresse par texto du resto, trop hâte de te revoir à demain. Bonne nuit princesse.

Babababababab le « princesse » me rend toute chose, toute souriante jusqu’aux oreilles. Je ne sais pas pourquoi, mais je me sens spéciale pour la première fois de ma vie. Bon, comment je vais m’habiller pour demain??? N’ayant pas fermé l’œil de la nuit (Le « qu’est-ce que je vais mettre demain » me hantera jusqu’à 4:00 du mat'!). Je penserai à Micka toute la journée, nerveuse et heureuse à la fois, au travail, je serai une loque, voir carrément une épave....T’emballe pas, poussin, ce n’est qu′une première date!

Le soir à 7:00 pile. Je suis prête comme une cocotte. Nous avons rendez vous à 8:00 pm au Tibb’s (seul et unique restaurant cacher qu’il connaît, et m’amènera boire un verre au Pré dans la foulée, on est en 2006 les copines, souvenez vous!!!!). J’attends 7:30-8:00-8:30 toujours pas de voiture de Micka, ça y est, je pleure, et je vais me mettre la tête dans le four de ma mère, il viendra pas, mais d’abord je vais lui dire deux mots à celui là.

- Allô, c’est sympa de prévenir que t’annules!

- Mais de quoi tu parles? Ça fait 30 minutes que je t’attends. T’es où?

- Tu devais pas venir me chercher??

- Tout doux princesse, (Le revoilà, le princesse!!!!!) je ne suis pas encore ton chevalier, alors tu te débrouilles pour venir. Je t’attends, et il raccroche. Attends que je vienne à cheval que je le piétine. Dans la foulée, j’appelle taxi G7 et sur le chemin j’appellerai mon amie, ma fidèle compagnonne les massages de Rivka. Je pesterai au téléphone contre lui pendant les 25 minutes de trajet. ‟Je te préviens Sandrine, c’est la première et la dernière fois que je le vois, non mais quel toupet!!!!!″ Je vais lui apprendre les bonnes manières, moi!!!!! (Mais D. a beaucoup d’humour et Sandrine aussi!). Alors j’arrive bien remontée comme la cocotte que je suis justement, prête à pester contre........ Mais je le vois devant le tibb’s avec un bouquet de fleurs à la main et un sourire à vous faire fondre tous vos préjugés de princesse .... Il m’embarque dans une table très en retrait, me dit : tu prend ce que tu veux. C’est moi qui t’invite. Merci, une salade s’il vous plait (j′aurai trop peur de manger la salade parce qu’après coup, j’aurai la trouille qu’un bout de salade reste coincé entre mes dents!!! L’horreur!!!).

Le thème du repas sera déballage de mes exs pour lui et analyse de son cerveau pour moi, j’aurai le droit à des millions de relations amoureuses, la preuve en textos et en image!!!!!

- L’addition s’il vous plait?

- Pourquoi l’addition? T’es pas bien avec moi??? Je parle trop, c′est ca???Je t’explique tout ca, parce que je veux être clair avec toi. Surtout que je ne veux plus jamais en reparler. Je suis tout neuf pour toi. Je crois que j’ai eu le coup de foudre pour vous Mademoiselle Junes, je ne veux plus vous quitter. Viens, on va boire un verre je connais un endroit sympa.... etc ...etc....

- Voila, la suite tu la connais. Faut que j’aille faire mes courses chez fairway mais tu as promis, Livy, tu viens, tu tiens parole!!!!!

Je retrouve une Livy toute rêveuse, et me fait un câlin avec un « promis je viendrai !! Merci pour ton histoire, en t’écoutant je retrouve des idées plus nettes. Je retrouve l’espoir, que l’amour peut être aussi simple et rapide. » (Je lui dis que je pense que c’est une question de mazal et que c’est Hashem qui décide de tout ? Non non, tu lui dis rien, elle risque de pas venir. Alors je vous l’écris à vous, et vous avez le droit de le dire à tout le monde)

Et c’est ainsi que mardi soir j’accueillerai mes invités dont Ultra Bright, cousine Melissa, Pearl avec une énorme, mais quoi???? Une monstrueuse choucroute (cachère évidemment!!!!!) qu′il me tarde de vous décrire........À mercredi pour la recette pour endormir les enfants

*Association pour aider les familles en difficultés en Israel.

Publié dans humour, amour

Partager cet article

Repost 0

L’anniv de Junes Davis.

Publié le par Junes Davis-Cohen

Cette année, pour mon birthday, mes merveilleuses copines (certaines me lisent!) ont voulu marquer le coup, et m’organiser un traditionnel resto composé de femelles, au Bistro Chagall à Brooklyn. Je vous le recommande fortement tellement les patrons sont trop sympas (français) et la cuisine est divine (française).

J'arriverai la première (looseuse!) et je repartirai la dernière. (Genre ta raclée l’anniv, ça y’est Madame, elle sort une fois dans sa vie et vas-y qu’elle amortit la soirée jusqu'au bout. Faut que ton mari te sorte plus souvent mémère*. Je sais que ce n’est pas tous les jours que l’on fête son âge avec un 3 et un 4 mais quand même, à un moment donné faut rentrer à la maison!).

Sinon on leur parle de ta tenue? Oui, pourquoi? Qu'est-ce qu’elle avait ma tenue?? Non, parce que là, franchement, je ne savais pas que tu avais invite les fashion faux pas aussi à ton birthday, ça s’arrange pas avec le temps. Mais moi je me trouvais bien, même mes copines m’ont dit que j’étais canon (c’était ton anniversaire chérie!). Et ton fils qui te dira que ta jupe est une bouffonne, une quoi??? Une bouffonne. Mais enfin fiston, c’est un gros mot, et on ne dit pas ça, d' une jupe ou d’une personne c’est pas beau. Ah bon???? Je voulais dire que ta jupe faisait grosse (encore mieux!). Ah ! bouffante, mon chéri!!!!! Oui, c’est pareil non ???? Presque, mon fils, presque, mais surtout évite de dire ça à une femme quoiqu’il arrive.

Vous avez mangé quoi au menu les filles?
Pour l’entrée: verrines de guacamole, avec des « Ça fait un bail que l’on s’est pas vues », « trop contente de te voir », des bises, et des free HUGS. (Hélas, je constate que les américains nous ont contaminées.....)
En plat: 8 saumons grillés aux asperges, et crème d’avocat (délicieux!), des gossips, (mais vite fait les gossips, on a passe l’âge des commérages, à part un truc, tu crois qu’elle est enceinte Levana ? ça fera que la troisième fois qu’on lui demande cette année, moi j’oserai pas la quatrième, ça fait bitch.)
Et pour le dessert: pauvre serveur qui a eu le malheur de déposer les cartes, elles lui ont été renvoyées dans la tronche aussi sec, avec en prime des hurlements composés de femmes frustrées de crème brûlées, au régime du lundi au vendredi, et même le dimanche. (Le samedi c’est lâchage de hala and co et repartir pour une semaine de 6 jours de « je fais attention »)
Mais au fait, qui est la connasse qui a inventé cette phrase: On grossit pas à chabbat?

Parce que j'ai fait mon enquête, ça doit être une belle mère, séfarade embonpoinneuse, pour ne pas écrire enquiquineuse, qui voulait que sa belle fille (taille S, 2 bébés) fasse honneur à sa cuisine de femmes qui s'oublient sur l’huile, en lui rabâchant un vendredi soir: mais mange, on grossit pas à chabbat, allez, prends plus.
Et de génération en génération le mythe est resté.......

Je vous embrasse, à Lundi.
Un grand grand merci de m’avoir souhaité un bon anniversaire en 200000000000 exemplaires, j’espère que mon livre aura le même succès. À mon tour de vous souhaiter all the best, more and more.....Love and kisses.
* J’organise une pétition sur cette phrase, "chérie, je te sors ce soir ». Nous ne sommes pas des chiots, ni des chiottes. Alors à vos signatures, et soyons fortes et solidaires, c’est comme ça que l’on a obtenu le droit du travail (en plus de la maison, des courses, de cuisiner, des enfants….. etc etc....)
Soyons nombreuses, chaque voix compte!!!!!!!!!!!

Partager cet article

Repost 0

Cheva brahot partie 1: Pearl et le roi du Maroc

Publié le par Junes Davis-Cohen

Quand ma copine Barbara m’a annoncé qu’elle se mariait, j’étais très heureuse pour elle, et c’est tout naturellement que je lui proposais d’organiser son Cheva brahoth (une soirée bonus pour les jeunes mariés, quoi!). Allez, ma grosse, bouge-toi, et organise-moi tout ça, fissa! Surtout que ça tombera un lundi, et que tout le monde sait que le lundi, les maisons sautent en l’air. Mais SuperJunes va mettre la Cape de batman de son fils et survolera Gotham maison et tout sera propre en un coup de swiffer!!!!

Donc je fais la liste de mes invités, et nous serons OMG!!! 25 ! Tu n’as pas fumé encore??? Non, ça va, j’ai arrêté il y a dix ans, mais je vais appeler du renfort, la bombe de mon building, Angel, va m’aider. Quelques jours avant la date, je suis entrain d’écrire un mot d'excuse pour les voisins de mon étage, pour la gêne occasionnée par le bruit. Mais à ce moment-là, je reçois un appel de Montréal du Canada (Ah non, non, non, tu ignores cet appel. Tu sais exactement qui c'est! En même temps, il y a écrit le prénom. Non mais même, si tu décroches, tes prochains jours vont être complètement chamboulés. À ce point là? Ooooooooh oui. Mais c’est qui? Tu vas le savoir ....Allez décroche. Sois forte petite!)

- Allô Junes ? C’est Melissa, ta cousine, comment tu vas ma chérie???? Cousine Melissa, sérieusement, je la connais par cœur, je l’ai presque fabriquée depuis notre rencontre à l’âge de deux ans. La seule et unique raison pour laquelle je continue de l’aimer c'est le même sang qui coule dans nos veines! Aouch, t’es dure, là!!! Mais qu’est-ce qu’elle t’a fait??? Qu’est-ce qu’elle ne m’a pas fait??? Cette cousine, c’est de la dynamite, une tornade humaine, autant par la bouche que par ses longues jambes d’athlète et son visage de poupée.

- Youhouu cousine, tu dis rien??? Encore en train de rêver??? Ça m’étonne pas, déjà petite, je savais que tu étais dans le gaz.

- Moi aussi je suis ravie de t’avoir au tel. Que me vaut l'honneur incroyable de ton appel???

- Je t’appelle juste pour un coucou??

- Si seulement c'était vrai, qu’est-ce qui se passe Melissa???

- Bon, puisque tu me le demandes, je me suis fiancée, avec Yohan, tu sais le mec qui m’avait jamais rappelée, et bien, au final il m’a rappelée et on se marie le 12 Octobre si D. Veut....

-....

- Junes, Mazal tov ça te dit quelque chose???

Faut que je vous explique que Melissa est un vrai cœur d’artichaut. D’ailleurs, si vous êtes un homme et que vous avez un cœur, elle vous croque. Chaque relation pour elle est le grand amour de sa vie, même le Monsieur qui cligne de l’œil à cause d’une poussière sur un chantier, c’est pour elle.

- Ah, euh... oui, Mazal tov, mais cette fois c’est la bonne, t'es sûre???

- T’es vraiment mauvaise parfois, c’est pas parce que mes trois dernières demandes n’ont pas abouti et que mon mariage avec Avi n’a pas marché que tu dois être sarcastique!!!! Bref, j’ai besoin de faire des emplettes à New York et je voulais savoir si...

- Non.

- Mais attends, je ne t’ai pas encore demandé.

- Non, tu peux pas venir chez moi!

- Mais pourquoi??? Une histoire de trois jours.

- Non, même pas trois jours. Vu la dernière fois, c’est pas la peine.

- Je te déteste Junes Davis, je vais appeler ma mère qui va appeler ta mère, tu vas voir..... Attends que je raccroche.

- M’en fous, tu n’as qu’à l’appeler, Melissa, on n’a plus douze ans. Je suis mère de plusieurs enfants ( D. Bénisse!), j’ai une maison à tenir, j’écris des....

- Sur la tête de ta mère que je vais appeler ta mère et ca va barder!

- OK saleté, mais que trois jours t’as compris ? Trois jours.

- Je peux venir demain.

- T’es folle ! Faut que je prépare mon mari à ta venue.

- Ok, bye et merci, je t’adore, tu sais que tu es ma cousine d’amour!!!!

Et elle raccroche. Bon, je fais comment??? Je sais!!!! Va falloir sortir le pack: ACCUEIL ROI DU MAROC. Je vais préparer la maison comme un palais des mille et une nuits avec danse des sept voiles en prime! Va falloir mettre le paquet. Et ton cheva brahot, t’oublie pas hein ? Mais non, je sors pour coller le papier sur l’ascenseur, mais au même moment, la porte du local à poubelles s’ouvre: Et sur qui je tombe mesdames???? Sur Qui???? Sur Pearl Harbor. Pas le temps de réaliser qu’il me parle.

- Hi, Junes

- Hi

- Comment ça va ? Comment tu te sens depuis la dernière fois qu’on s'est vus? La forme? ( voir Pearl, Junes, et Micka, pour plus d’infos)

- Oui, Merci. Ça roule.

- C’est quoi ce papier ?

- J’organise une fête pour une amie qui se marie, donc je préviens tout le monde pour le bruit. Mais contre toute attente, poussée par les ondes marocaines de la bombe du building, réputée pour son hospitalité légendaire, je l’invite. (Toi, t’aimes les embrouilles, les vrais problèmes!!!!!) Ça te dit de venir? Ça va être ambiance Jewish. Ce sera ma façon de te remercier de nous avoir dépannés la dernière fois, en pleine nuit. T’aimes le couscous? (Mais qu’est-ce que je raconte, moi???? T’aimes le couscous......)

- Mais avec plaisir. J’adore le couscous. C’est quand? Ce lundi?

Ooooh non, le même jour où Melissa arrive!!!

- Super, see you there!

Alors là, chapeau l’artiste! Mais qu'est-ce que tu as fait????? Quelle est la règle numéro 2345 du guide du chalom bayit (la paix dans le couple): demander toujours à son conjoint s’il est d’accord et vice versa, mais tu devrais le savoir, après tout ce temps, quand même!!! Shit!!! Mais dans quel bourbier je me suis mise oy oy oy!!!!!! En plus, tu connais ton mari qui t’as déjà fait désinviter des centaines de gens, que dis-je, des milliers de gens pour le principe. (Après deux ans de mariage, j’ai arrêté de dire j’emmerde les principes, par ce qu’un principe en cache forcement un autre!) Mais là, je ne cèderai pas, no way, il ira lui-même le désinviter. C’est ma seule façon de remercier Pearl dignement (et de l’avoir à ta table, coquine!!!!) .

Mon mari rentre après le travail, et l’opération ROI DU MAROC est mise en place. À peine il met la clé dans la porte, que les enfants et moi-même (maquillée et coiffée comme une femme du Crazy Horse) lui sautons dessus. Cris, hurlements de joie familiale avec le « Hourrrrrra papa/ le héros de la maison est là ». Déchaînement de bisous, embrassades, câlins et verre de thé à la main. Oui, parfaitement Mesdames!!!!!!!! C’est ça l'accueil ROI DU MAROC, testé et approuvé par les plus grands rabbanims mondiaux!!!!! Sans déconner, avec ce pack, t’enlèves cinquante pour cent des disputes quand t’accueilles ton rima comme ça!!!!! Et en plus, ça se prend pour une conseillère conjugale, non mais je te jure, qu’on la pique..... Donc je mets mon mari à l’aise pour lui balancer les deux infos du jour: je commence par Pearl, la plus facile des deux. À la seconde où je finis ma phrase avec Pearl dedans, déchaînements de hurlements et cris stridents. Pas de câlins et devient rouge de colère ou plutôt vert de jalousie (ressers-Iui du thé Junes, viiiiiiite et vas chercher les voiles!!!!!!!). Trop tard, il a reposé le thé.

- Je vais le désinviter en personne, si tu ne le fais pas!

- Alors là, je ne le ferai pas, vas-y toi-même! J’ai désinvité tellement de gens dans ma vie par ta faute, que je n’ose même plus inviter, mais là, ça m’est venu d’un coup, spontanément!

- Junes, on a eu cette conversation 200 fois, ce n’est pas les invités le problème, c’est que je veux que tu me demandes avant, DEMANDE AVANT!!!!!!

- Je n’ai pas le droit d’être naturelle alors?

- Tu m’énerves!!!!!!

Et mon mari sort, furax, me laisse avec les enfants pour, je cite: "péter la gueule de ce beau gosse, ça fait un moment que je veux me le faire, de toute façon!"

Ce n’est que trois heures plus tard que mon mari reviendra, la panse remplie de bière, le sourire aux lèvres, et moi, ne sachant plus quoi penser, à l’attendre sur le canapé.....qu’à partir de ce lundi-là, les vraies histoires vont commencer.......et je me ferai un plaisir de vous les raconter.

À mercredi mes chéris pour une spéciale "L’anniv de Junes Davis"

Partager cet article

Repost 0

La VPA de la semaine.

Publié le par Junes Davis-Cohen

C'est quoi ça, une VPA? Comme j'avais plus de Vdm en stock, (remarque c'est pas plus mal!), je me suis dis, allez viens on fait une VPA. Si tu me lis jusqu'au bout, cher lecteur, tu auras le droit de savoir ce que c'est.

En général, à la seconde où je raconte à mon homme ce que je suis en train d'écrire, il part de la pièce où nous nous trouvons. J'ai beau le suivre à travers tout l'appart pour finir ma phrase, mais hop, comme par magie, il m'échappe.

Quand je l'appelle au bureau, pour lui dire que j'ai travaillé 4h aujourd'hui sur mes chroniques, hop, il raccroche, il a forcément une urgence.

Quand nous sommes au resto avec des amis, et qu’on lui demande pour la 45677ème fois si il lit mes histoires, hop, il change de sujet ou répond « non, je n’ai absolument pas le temps pour ça, je ne lis même pas les textos que l’on m’envoie, je suis over busy, je travaille moi! »

Bon, tant pis, j’ai pris mon parti d’arrêter de le harceler ( même si il m'arrive de vouloir le séquestrer, lui mettre du scotch sur la bouche et lui crier, tu m'écoutes, maintenant !!!!). Non, je reste brancher sur ce qui nous intéresse en commun. Enfin, c’est la vie....

Et c'est ainsi que le jour de mon anniv, quand j'ouvre la porte pour accueillir Micka, j'ai le sourire jusqu'aux oreilles parce que je reconnais le sac qu'il a sur le dos (un sac de chez Tiffany?? Mais non, enfin, on met pas un sac Tiffany sur le dos, t'es bête ou quoi? Sauf si c’est une armure en diamant? Mouais, je doute .....)

En fait, il m’a acheté bien plus qu'une armure en diamant, bien plus qu'une paire de shoes ou qu'un sac de marque.....Il m'a juste donné Une Vraie Preuve D’Amour. Même si en apparence, il fait semblant de n’absolument pas s'intéresser à ce que je fais.

Il m'a offert un super ordinateur rien que pour moi (et non à partager avec les fou de Apple qui composent ma famille) pour je cite:

"Continuer à faire ce que tu aimes, Mimine"

Vous écrire.

À lundi mes amis et chabat chalom, purée on est déjà mercredi....

Publié dans humour

Partager cet article

Repost 0

Junes et les israeliennes

Publié le par Junes Davis-Cohen

J’imagine tout de suite ce que vous vous dites. Oulalala, bah alors là, Madame, y a matière à raconter. Il y a tellement de différences entre elles et nous, qu’il faudrait bien plus qu’une chronique pour en parler. Moi, je les connais les Israéliennes, elles sont.....Stop!

Mais au fait, pourquoi tu veux nous parler des habitantes d’Israël, toi, d’abord ? Quel rapport? Au quotidien, tu pratiques de l’américaine, où tu veux en venir, avec ton titre?

Je vous explique. L’autre jour, ma copine Angel, (aussi belle de l’intérieur que de l’extérieur!) m’appelle pour me demander si je peux l’accompagner à la soirée de la tante (israélienne) de son mari, organisée pour promouvoir son blog de cuisine (thebeeskitchen.wordpress.com). Et oui, cette marocaine des temps modernes, manie aussi bien la spatule à cookie que son charme! Un vrai cordon bleu. Au début, il faut dire pour être honnête, je n’étais pas très motivée. La perspective de me retrouver entourée de 40 Israéliennes/ Américaines, au fin fond de New York, ne me faisait pas vraiment rêver. Mais en écoutant son ton déçu de ma non-venue, la voix intérieure qui me hante, faisait trainer ses chaines et ses boulets et me chuchotait: ‟quelle mauvaise amie tu es bouuuuouuuu vilaine bouhouuuuu!″ Bon, d’accord, je viendrai..... Allez organise-toi. Appelle la babysitter, et appelle l'administrateur de ta vie: ton Mari!

- Allô pipine, t’es ok pour que mardi j’aille soutenir Angel pour sa première démonstration culinaire ?

Reflexe de marocain de base:

-Non.

Mince, ces derniers temps, j’ai oublié de lui rappeler que Ma sorcière bien aimée n’est qu’une série des années 60 ( j’adorais les costumes d’Endora), et que la femme qui reste emmurée à la maison n’existe pas.

Je reformule ma question:

-Excuse-moi, je me suis mal exprimée, je te préviens que je ne serai pas là, mardi soir.

- Qui va s’occuper des enfants? Pas moi tout seul j’espère!

- Don't worry honey, la nounou sera là pour t’aider.

(Je précise que la nounou a le physique d’une athlète de rugby mexicaine, engagée aussi pour cette grande qualité. Le cas Jude Law a été une belle leçon pour nous toutes.)

Donc, après 1h30 de trajet, (je t’ai dit que c’était dans le fin fond de New York!). Nous arrivons à la soirée, remplie de dames from Israel, depuis le bout de la rue nous entendions déjà les rires mélangés à des cris. Merde, j’ai oublié mes boules quies!

Nous sommes accueillies telles des stars from the city! Plus Angel que moi, réflexion faite. Moi, je sers de chaouchette, de figuratrice, de soutien moral et de supportrice. Angel installe son matos culinaire sur une table déjà bien remplie D. bénisse, pleine de sushis, de tehina, de brochettes de fruits et de salades en tout genre. Ça rigole fort, ça s’embrasse à tout va, ça papote en hébreu, en anglais, en russe et même une langue indéterminée! Je profite du brouhaha général pour sortir et brancher mon portable dans une prise toute mignonne qui nous attendait. (D’ailleurs, je profite pour écrire un grand merci à Apple pour tes batteries qui ont autant de durée de vie qu'un kinder country dans mon sac!). Je retourne dans la salle à manger, mais comme un aimant, je reviens dix minutes plus tard pour checker si je n’ai pas raté l’appel du siècle ou celui de mon fils (remarque c’est pareil!), mais à ma grande surprise, je trouve un autre portable à la place. Le mot blata/ mal élevée flotte dans les airs.... Mais le pire, c′est que je ne sais pas quoi faire. J’ai peur de me faire crier dessus par la propriétaire féminine israélienne non-identifiée de ce portable voleur de place! Alors je reste là, empotée, devant, mais je décide de prendre mon "courage" à deux mains, comme un défi et je retire le phone. Mazette, dans la seconde de mon acte je perds un tympan: DON'T TOUCH MY STUFF HAMOUDAAAAAA !!!!!!!!! Alors toujours avec le même courage, je rebranche son téléphone et je dit pardon Madame.

Je rejoins la présentation de ma copine qui a déjà commencé (même dans la même maison t’arrives à être en retard, tu excelles dans ce domaine maintenant !!!). Angel balance son speech à l’américaine comme une pro, perchée sur des talons de 12, robe ajustée, avec son tablier imprimé avec le logo de son blog, la recette sur un tableau derrière elle! Les flyers avec les ingrédients de la quiche qu’elle présente qui ont été soigneusement déposés sur chaque siège (c’est ça l’Amérique! Quand tu fais un truc, tu le fais à fond). Je me lève pour immortaliser ce moment en photo. La seconde d’après, j’entends ZOUZ LE PO ! GET OUT RIGHT NOW ! Pousse toi/ dégage. Ok !!! Tout doux Mesdames les israéliennes, je me rassoie. Mais Angel assure comme un chef qu’elle va bientôt être. On entend des kol akavod ma mie ! Amazing food! Mitssouyan! La soirée est un succès, mais, malheur à Angel, une israélienne la prend à part pour lui demander si elle connait quelqu'un pour son fils 37 ans pas marié. Angel m’envoie un texto: Sauve moi. Je lui fais oui de la tête. Et j’entends qu’elle lui dit ‟ça tombe bien, ma copine qui m’accompagne est chadhanite!!! « Quoi??? Mais qui est chadhanite??? Je ne suis pas chadhanite du tout !!!! » C’est vrai que j’adore savoir qui sort avec qui, mais je ne m’occupe pas du service avant-vente (en même temps t’as été commerciale pendant 7 ans!). Mais ce n’est pas le problème. Trop tard, le mot magique est sorti, 4 israéliennes déterminées (le mot est faible!) foncent droit sur moi, Oh my God! Elles me montrent des photos témoins de leurs fils et leurs filles (1 mignon, 3 moches!), me prennent dans leurs bras, me caressent le poil et la perruque. J’ai beau m’époumoner que JE NE SUIS PAS CHADHANITE, rien n’y fait. Elles hurlent plus fort! Attends que j’attrape l’ange que je lui coupe ses ailes!!! Et à mon tour d’envoyer un S.O.S à celle qui m’a mise dans le pétrin! Elle m’arrache de cette chaleur débordante d’amour inconditionnel de mères juives remplies d’espoir de voir leurs enfants se marier et trouver le bonheur. Il y a eu peut-être des décibels de perdus pour mes oreilles de française, mais le cœur gros comme seules les juives, et particulièrement les israéliennes peuvent en avoir, je leurs dis au revoir, on reste en contact. On monte dans le taxi, et mi- amusée, mi- énervée, je sors virtuellement ma hache de secours pour décapiter Angel de reproches! Mais qu’est-ce qui t’as pris?? J’ai paniqué. Ce n’est que le lendemain que je recevrai dans ma boite e-mail, par SMS, par Tango, par Whatsapp, par Twitter, le cv amoureux (véridique) des 4 célibataires américains israéliens!!!!! Mais la question que je me pose, c’est : d’où elles ont eu mon email??? Allô Angel, mon ange, t’as déjà été pendue dans ta cuisine avec des spatules dans le nez?????

Next week, je déclare la reprise officielle de l’histoire de PEARL et Ultra Bright, qui fera office de série pour l’été composée de 6/7 chroniques. Soyez prêts c’est du lourd.....

A mercredi pour une VPA.

Junes et les israeliennes
Junes et les israeliennes

Publié dans israel

Partager cet article

Repost 0

Junes et sa rabbanite

Publié le par Junes Davis-Cohen

Alors voilà, il y a quelques semaines, je vous avais écrit une chronique sur mon père ce rabbin. À l’aise. Les doigts dans le nez à écrire, à peine 12 heures de travail. (Comment? Elle n’écrit pas en 10 minutes ses bidules, là?? Bon, j’exagère un peu, pas en 10 minutes mais pas en 12 heures non plus, entre les deux, pour toi, public!), mais écrire sur ma mère, c’est une autre histoire!

Cette femme de l'ombre, cette chevalière de notre table ronde, cette grande dame qui m’a donné la vie avec trois poussées, comme elle aime souvent me le répéter, et bien c’était moins facile les amis. Pour nous aider, je crois qu'il va falloir faire quelques flash-backs en arrière (pas de flash dance, oulalala , pas du tout le style de ma mère!):

Moi, quinze ans avec ma mère à Jérusalem devant le Kotel :

- Ma fille, c’est toi? C’est bien toi??

- Oui, maman c’est moi! Pourquoi tu me regardes comme ça ? Et pourquoi tu as envie de pleurer ? Qu’est-ce que j’ai fait encore ?

- Tu as les cheveux blancs ! Je t’ai laissée il y a une semaine chez ta copine à Natanya, les cheveux châtains, et maintenant, ils sont blancs (!!!!!!!!!!!!) comme Tata Hélène!

- Ah ça ? J’ai voulu devenir blonde platine comme Loana (la honte!), mais par accident, le produit n’a pas bien marché. Mais c’est pas horrible, non ? Je crois qu’à ce moment là, ma mère allait passer de l’autre coté de la barrière de sécurité du Kotel ! Et se convertir définitivement à une autre religion pour mieux renier mon existence. C’était le cheveu méché de trop. Quand j’y pense, je lui en avais fait voir de toutes les couleurs cette année-là, avec ma pseudo rébellion post-ado !!!

Moi, vingt-deux ans, re-châtain, oufff, rentrant de soirée à 3 heures du mat’ les chaussures à la main, tournant la clé le plus doucement possible croyant que toute la maisonnée dormait.

- C’est à cette heure-ci que tu rentres?? Tu étais où tout ce temps ?

Moi, qui ai frôlé la crise cardiaque d’entendre cette voix dans la nuit :

- Avec des copines.

- Fille des rues, va dormir, et tu peux crever pour que je te reparle un jour, attends que je le dise à ton père!!!!!

Le lendemain, sauvée par les arguments de ma sœur avocate (l’ainée, la chouchou par excellence de la famille), ma mère me pardonnera et ne dira rien à mon père (oufffff, merci sis!)

Moi, vingt-cinq ans et assise en face de ma mère, autour de sa table ronde, deux mois après mon mariage avec Mister Davis.

- Maman?

- Oui ?

- T'es ok si on t’appelle mamie dans huit mois?

- .....

- Maman? Tu ... Tu pleures ????? (Première fois de ma vie que je la vois pleurer de joie surtout pour moi, la vilaine des rues!!!)

- Viens par là que je t’embrasse ma fille. (Un bisou en plus !!!!!!! Mais...... depuis 94, année de ma bat-mitsva, je n’en avais pas eu, faut que je tombe enceinte plus souvent, alors!!)

Moi, trente-et-un ans, enceinte de six mois des twins, à New-York, allongée sur un lit d’Hôpital.

- Allô maman ?

- Ah ça tombe bien, que tu appelles, faut que je te raconte ce qui c’est passé dans la communauté avec ton père, à l’office du matin il y a....., Attends, je sens que tu n’as pas ta voix de d’habitude (seule une mère reconnait les allos de sa fille, comme les pleurs de son enfant) qu'est-ce qui se passe ?

- Tu fais quoi les trois prochains mois ? Parce que sur ce coup là, je vais vraiment avoir besoin de toi. Est-ce que tu peux venir ? Je suis à l’hôpital, j'ai.....

- Ne bouge pas ! Je saute dans le prochain avion (en l’attendant sur mon lit, je l’avais imaginée littéralement sauter sur un avion et voler à mon secours comme wonderwoman!)

À partir de ce moment là, maman est restée à mes cotés en laissant son mari, sa maman, qui à l’époque était encore avec nous (zal"), rien que pour venir s’occuper du canard boiteux de la famille, moi! J’ai passé les trois mois les plus merveilleux de ma vie. Pour la première fois, j’avais ma maman pour moi toute seule. J’avais le privilège absolu de lui prouver chaque jour que je n’étais plus si vilaine, que je n'ai jamais vraiment aimé les rues, et que le canard qui était en moi essayait de lui montrer à quel point je voulais être un cygne pour qu’elle soit fière de moi. Les fous rires, les confidences, et même les silences que nous échangions étaient de l'or. Ces moments magiques, uniques et rares étaient des pépites de la vie! Quand elle a dû repartir dans sa vie pour me laisser vivre la mienne à cinq, mon cœur s’est fendu en plusieurs morceaux, car je ne savais pas quand j’allais la revoir (vive NY et ses 8h de vol!!!). Ma raison avait repris le dessus en me rassurant: T’inquiète pas ma poule, y a les applis face time et Tango (gratis!). Tu pourras l’avoir au téléphone autant que tu voudras et prends un mouchoir, tu m’énerves à renifler comme ça depuis le début de la chronique! Depuis, pas une journée ne passe sans que je l’appelle. Une partie de mon oxygène journalier provient de nos appels quotidiens. Voire même, 2/3/4/5 fois par jour jusqu’à l’étouffer (« mais je suis dans mon bain, arrête de m′appeler, je te rappelle dès que je sors, oui, promis, quel pot de colle cette Junes! »).

Quelques mois après notre colocation, hélas la santé de ma grand-mère s’est dégradée de jour en jour. Ce n’était plus la mère qui était en action, c’était la fille qui était dévouée jour et nuit, corps et âme, pour s'occuper de sa mère jusqu’à son dernier souffle. Nous n’avons jamais été aussi fiers de ma mère. Elle nous a donné a tous une grande leçon de vie : l’amour, le vrai, sans rien attendre en retour.

Ma mère, moi et le futur :

- Qu'est-ce que tu ressembles à ta mère!!! Tu travailles pour chacun de tes enfants, pour ton mari, en silence, sans jamais te plaindre, on se sert de toi comme décharge émotionnelle, poubelle sentimentale que chacun appelle pour se soulager de ses maux quotidiens.

C'est pour cela que j'utilise mes mots pour toi, Maman, en ce jour d’après fête des mères pour te dire que: JE T'AIME. I LOVE YOU. ANI OHEVETH OTAH IMA CHELI. (Le dernier c’est de l’hébreu au cas où...pour les bilingues comme moi.)

À toutes les mamans du monde, qui font partie d’une chaîne de vie indestructible liée par l'amour inconditionnel envers leur enfant, même avec ses hauts et ses bas.

....... Et la Palme d’or de la chronique la plus sentimentale est : Junes et sa Rabbanite. Tonnerre d’applaudissements dans la salle!!!!!!!!!!!!! La foule est en délire, Justin Beber et Kim Kadarchiante appellent leur mère en larmes en citant les mots de Junes. Allez, Madame Davis, venez récupérer votre Palme, mais avant, Gérald, file-lui viiiiiiiite du démaquillant steuplait parce qu’elle a les yeux de panda ! À plus les mam's.

Partager cet article

Repost 0