Chapitre 5: Choucroute party

Publié le par Junes Davis-Cohen

Hello les amis, j'espère que vous avez passé un bon weekend remplie de joie, de repos et de soleil. Voici l'avant dernier épisode de mon Cheva brahot. En espérant que ça vous plaira.

Je décide de me lever, pour vérifier ce que font ma coquine de cousine et mon voisin, ce beau gosse, censés jeter un sac poubelle et revenir. Je ne vois personne dans le couloir (strange!).

Je vais quand même vérifier au vide-ordures, au cas où l'un des deux serait tombé dedans, va savoir ! Je vois mon fils deboulé derriere moi avec sa trottinette, avec la question que toute les mamans au monde connait:" tu vas ou?"

Mais j’arrive ! Et arrête de trottiner, les voisins vont se plaindre. J’ouvre la porte du local à poubelle, et là, the choc. Non ce n'est pas l'odeur des poubelles qui me dérange c'est...... O my GOD!!!!!!!! Referme la porte, Junes, et viiiiite.

Mon fils a la bouche grande ouverte:

- Qu’est ce que tu as vu ?

- Et toi, qu’est ce que tu as vu?

- C'est moi l'adulte, c'est moi qui pose les questions, alors retourne à l'appart, et ne dis rien à personne. Compris???

- Bien sûr...avec un petit sourire de coquin qui roule comme un fou. J'entends au loin: ‟Vous devinerez jamais ce que Melissa et le copain de maman sont en train de faire″.

Le copain de maman me vaudra 226: « je te jure que je ne sais pas pourquoi il a dit ça », phrase que je répèterai comme un disque rayé à mon mari. Je me défendrai honteusement en plaidant que "Tu sais bien que les enfants racontent n′importe quoi! Et oui, parfaitement, je maintiens que l′expression la vérité sort de la bouche des enfants est surfaite...... »).

Je rouvre la porte, et je les regarde sans dire quoi que ce soit tellement je suis choquée (c’est un peu du voyeurisme quand même! Mais non, c’est juste que je suis trop estomaquée de voir ces deux bouches s’aspirer l’une l’autre. Tu crois que ça donne pareil pour moi aussi ???? Mais j'en sais rien moi, c'est quoi ces questions??) Trente secondes plus tard, Livy se pointe avec un visage complètement déformée. Elle se rue sur ma cousine en criant:

- Dégage de là, toi, c’est mon mec!!!

- Ton mec??? Non mais je reve, va continuer à raconter ta petite histoire avec Gary, s′écrie Pearly.

- Mais vraiment, parfois tu es trop bête parfois, ( perso, je dis ça a mon mari, je me prend une droite directe! ) tu sais bien, que j′ai tout inventé pour te rendre jaloux, idiot.

- Eh bien c'est trop tard. Il est à moi dit ma cousine.

Et hop, Livy la tigresse pousse Melissa :

- Enlève tes pattes de mon homme !

- C’est le mien maintenant, trop tard!

Mais Livy rugit sur ma cousine, et bouscule Pearl (elle a de la force la petite!)

J'entends en fond sonore, mon fils qui sort de nulle part qui commente la scene: « fight, fight, fight » *

- Va chercher papa. Dépêche toi!!

- Pourquoi dépêche toi?

- Mais arrête de poser des questions et vas-y.

Ma cousine qui ne se démonte pas, et monte justement sur ses grands talons, essaye de lever la main sur Livy, mais Pearl la stoppe, ( même dans un moment critique il reste trop beau gosse quand même, non mais tu as vu ces yeux !!!!) et tout d'un coup Livy m'aboie dessus, avec une voix hystérique: : "C'est à cause de toi tout ça, si tu ne m'avais pas raconté ton histoire magique avec ton mari je n'aurais pas remis en question mon couple, j'étais trop jalouse!!!"

- Mais de quoi tu parles ?? Dit Pearl. On peut en discuter calemement de tout ça, parce que tu ne m’as jamais donné d'explication de rupture.

- C’est Junes qui m'a mis des idées dans la tete (He oh, ça va! Pas la peine de me montrer du doigt, y a pas 500 Junes Davis dans ce local à poubelle). J'en avais marre d'attendre que tu te décides à faire ta demande en mariage. Cinq ans que j'attend, cinq ans!!!!!!!!!

- Mais y a plus de mariage, puisqu’il est avec moi!!!!

Et c’était la phrase de trop!

Livy devient folle, essaye d’arracher les cheveux de ma cousine. Melissa veut se défendre mais avec ses talons de 12, c'est chaud. Harbor crie "stop ladies", mais personne ne l’écoute. La bombe du building, qui devait venir avec des gâteaux pour le dessert arrive de nulle part ( sans son plateau, mince, j'espère qu'elle n'a pas oublié) se rue sur Livy et Melissa en hurlant: « personne ne touche à mon amie dégagez ! »

Les deux la regardent avec un: d'où tu sors, toi???

Mais, Micka (mon mari) arrive dans la pièce, suivi de mon fils (qui, entre temps, est parti chercher un paquet de pop corn dans le placard à kilos. Non mais, il a trop cru qu'il était au cinéma celui-là!) J’entends : June's viens ici, derrière moi. Me prenant par la main, il m'extrait de ce bourbier. D'une voix très calme, il dit:

- Tout le monde sort, et je ne veux entendre aucun bruit, et toi Melissa, arrange ta robe. Elle s'exécute. Ça, c’est mon mari, un homme qui a tellement de charisme, qu'il n'a pas besoin de crier pour qu’on l'entende. Avec son 1m87, il suffit qu’il entre dans une pièce et sa personnalité fait le reste..... Livy a tellement honte, qu’elle s'enfuit. Pearl lui court après: "Attends Livy attends moi...."

Tous mes invités et moi-même sommes dans le couloir. L'ambiance est pourrie. Les mariés me remercient et prennent congé:

- Bon bah, c'est pas tout mais nous on va y aller, encore merci, c’était super.

- Ne partez pas, y a le dessert!!

- Non ça va, nous avons eu un bon dessert sonore. Merci encore Junes.

Et ils s’engouffrent dans l’ascenseur. Suivis de tous les autres invités qui avaient récupérés leurs manteaux. Seule la bombe du building reste à mes cotés pour me demander « c'est qui cette tarée que t'as invitée? »

- Je t'expliquerai.

Angel rentre chez elle aussi. (Mais récupère quand même son plateau avant, les boules, ça avait l’air trop bon!) Je me retrouve avec mon mari, les enfants (mon fils est déjà en train d'appeler son copain en facetime, pour lui raconter le bisou dégoutant et la bagarre!) Melissa est dans sa chambre, je ne la reverrai que le lendemain pour son départ. Je commence à débarrasser, quand Micka, cet ashkénaze des temps modernes me demande : 1) de ne plus me mêler de la vie des autres 2) de ne plus inviter de folle à la maison, pour les enfants c'est dangereux.

Mais elle n'est pas folle, elle est juste amoureuse, la gueuse....

Trois heures plus tard, juste quand les enfants ont finis par s'endormir. J'entends que l'on tape à la porte. Je regarde à travers le judas, c'est un Pearl Harbor grossissant qui est là, avec ........un fusil à la main, mais non débile, avec .......une fleur. J’hésite à ouvrir (Attends tu ne vas pas oser l’ignorer. La vérité j'ai plus la force, allez ouvre cette porte Miss Davis!!!!).

- Junes, je sais qu'il est tard mais faut qu'on parle....

A lundi mes petits choux pour la suite et fin de la saga de l'été.

Je me permettrai de prendre quelques lignes pour vous dire au revoir. Vous, qui me donner tant chaque semaine. (Et oh ça va, oui!!!!! Bientôt, tu vas pas nous sortir les violons. Tu vas juste finir les 5 derniers chapitres de ton livre, bien te concentrer pour leurs donner du travail de qualité, et paraitre bientôt en librairie. Ce n'est pas comme si que c'était des adieux, ma fille, un peu de tenue!!!!!!! On se détend et on leurs fais pleins de bisous.)

Alors pleins de bisous...

Commenter cet article