Chapitre 6: Mazal tov toi même!!!

Publié le par Junes Davis-Cohen

Chers lecteurs, voici le dernier chapitre de mon Chéva Brahot, j’espère que ça vous plaira.Nous nous étions arrêtés la semaine dernière sur Pearl qui était à ma porte avec une rose à la main........

Je fais entrer Pearl dans mon salon, mais je vais quand même chercher Micka pour éviter les problèmes. (Tiens, pour une fois tu n'as pas oublié d’utiliser ton cerveau, ça fait plaisir!). Je retrouve mon mari quelque part où seul lui peut être, je tapote à la porte:

- Micka, il y a le voisin dans le salon.

- Même ici, je ne peux pas être tranquille deux secondes, il veut quoi??

- Tu peux sortir ?

- J’arrive dans 5 minutes. (Ah les joies du mariage, où ces quelques mots échangés à travers une cloison, vous font automatiquement basculer dans l’univers anti-glamour marital. Je sais pertinemment que je dois rajouter un 1 devant le 5, pour évaluer le temps de la sortie du roi du Maroc).

Je retourne dans le salon, où j'ai un Pearl tout retourné par la soirée qu’il vient de vivre.

- Assieds-toi sur le canapé, je vais te faire un thé à la menthe, ça va te faire du bien.

- Sans te vexer, je n'aime pas trop les thés en sachets.

- Tu m’insultes là, je vais te faire un thé avec de vraies feuilles de menthe, bien sucré, et tu te sentiras beaucoup mieux.

J’apporte mon plateau avec mes vieux gâteaux de Chabbat (mais lui ne le sait pas! chut), je m’assois en face, et Pearly commence tout gêné:

- Ta cousine n’est pas là ?

- Bien sûr qu’elle est là, dans sa chambre, elle prépare votre mariage. Elle a appelé toute la famille. Tu as de la chance parce qu’ils sont hyper tolérants de son côté. Lucky boy!!!!!

Pearl est tout blanc, il a l’air d’être paniqué.

- Mais non je plaisante, détends-toi, elle dort dans sa chambre et elle repart demain au Canada.

- Ouff, écoute Junes, d’habitude je suis plutôt un type sérieux, mais ce soir j'étais fou de rage, alors je ne sais pas ce qui m’a pris, avec ta cousine et cette robe rouge m’a fait perdre les pédales... D’autant plus que j'ai eu une longue conversation avec Livy. On s’est expliqués et tu es la première à qui je le dis: on se marie dans deux mois!!!!!!!

Réponse de juive française:

- Ah Mazal Tov, je suis contente pour vous deux, c’est trop bien, (God, ça pique au cœur quand je dis ça, c’est bizarre!)

Pearl, en bon américain de base, t’annonce qu’il va se marier et s’attend à un feu d’artifice verbal digne du 14 juillet.

- I am so excited Junes, not you???

Fausse réponse d’une américaine juive:

- I AM SO HAPPY!!!!!! GOD!!!!! TU VAS TE MARIER MAIS C’EST TELLEMENT GÉNIAL JE SUIS TELLEMENT CONTENTE!!! (Voilà voilà, l’Oscar ne sera pas pour demain aux côtés de Sarah Jessica Parcœur ! Mais apparemment, Pearl y croit, c’est l’essentiel).

- I know, je me suis mis à genoux et c’était comme une évidence, j’ai été fou d’attendre si longtemps. Faut que je t’avoue qu’au début, quand Livy m'a expliqué ses motivations de rupture, j'étais un peu fâché contre toi, mais dès que Livy a dit oui à "ma proposal" je me suis dis que finalement, tu nous as rendu service… il est trop bon ton thé!

- Merci, désolée si j'ai fichu le bazar.

- Mais non, en plus pour te prouver que je ne t’en veux pas du tout, je suis parti chez le chinois en bas de la maison pour t’acheter cette rose rose, qui est pour toi et qui signifie en langage des fleurs l’amitié (Y a encore le prix dessus, 2 dollars 80. Ça va, il ne s’est pas ruiné le petit!!!! Mais on s'en fiche c'est l’intention qui compte! Mouais, il aurait pu monter les enchères à 5! Oooooh toi et ton chiffre fétiche, tu m’énerves........... !!!).

- Merci pour la rose, je suis super touchée,.

- Bon, Livy doit m’attendre, tu diras la nouvelle à Micka, et on se voit bientôt. Merci pour le thé, et le reste.

Je raccompagne Pearl sur le pas de la porte, il se retourne une dernière fois sur moi, et me dit d’une voix que je ne lui connaissais pas :

- Tu sais Junes, on va sûrement déménager avec Liv, et on ne va plus être voisins et je crois.....enfin....... je suis sûr que tu vas me manquer.

Merde, je rougis merde

Je bredouille:

- Euh......toi aussi.

- Ton mari a beaucoup de chance de t’avoir. Te rencontrer a été un enchantement, en plus tu fais un super thé à la menthe, (avec un le petit clin d’œil de beau gosse!).

Alerte rouge, alerte rouge, bip bip, aaaaaaaaaaaaah ça cogne dans le cœur... Junes Davis va s’évanouir, je répète, Junes Davis va s’évanouir, par la situation gênante (allez, t’es contente quand même, il peut répéter cette phrase devant ton mari steuplait parce que c’est plutôt Pearl Harbor qui va tomber dans les pommes après le crochet du droit qu’il va se recevoir....Mais au fait, c’est quoi le vrai prénom de Pearl Harbor ? Parce que Madame nous cache sa tête, mais on peut au moins savoir son prénom ??!!!!)

Micka arrive (enfin), sert la pince de Pearly et lui dit:

- Alors, ça s'est arrangé tes histoires?

- Junes va tout t’expliquer.

- Ah bah merci du cadeau j’en ai pour 3h de détails qui servent à rien, avec mon petit moulin à paroles vivant.

- Eh ! Je suis là!!!!! Il n’a pas tort, en même temps, cinq semaines pour vous écrire sur un Cheva Brahot, vous imaginez pour expliquer un mariage......on en a jusqu'à Kippour.

- Allez je vous laisse les amoureux à bientôt et bonne nuit

- Bonne nuit, Alexander, embrasse Livy pour nous.

Alexander !!!!!! C’est ça son prénom.....Eh oui, en fait Alexander dit Pearl Harbor existe vraiment et il a vraiment été mon voisin très beau gosse, mais j’ai quand même enjolivé deux trois trucs.

(ATTENTION SPOLIERS: Il est auteur de séries américaines pas vraiment connues pour nous le commun des françaises. Il écrit aussi des piges pour le New York Times. Sa mère parle français et son père vient du Texas. Je le trouvais tellement sympa que l'idée d’en faire un personnage récurrent et principal est devenue comme une obsession. Je lui ai demandé à plusieurs reprises de poser avec moi pour mon blog mais il m’a dit avec un grand sourire: You are so nice but NO. (À l’américaine, je te dis non mais avec la forme!). Il m’a expliqué qu’il ne pouvait pas car c’est un noble de l’écriture qui travaille dans l’ombre. Pour sa tranquillité, il ne veut pas qu’on le photographie. Mais je peux vous assurer mesdames que même ma voisine Angel (la bombe du building) le connaît, et à chaque fois elle me dit : c’est pas possible que tu lui parles. Mon mari m'aurait tranché la gorge au sabre! (Ah je comprends mieux le sabre accroché au mur dans leur salon maintenant!)

Mes chers amis:

Je posterai mercredi une dernière chronique pour vous expliquer le destin commun qui nous attend, car il me tarde que vous découvriez mon livre que j’essaye de finir jour après jour dans les coins les plus bizarres de la maison.... à des heures complètement folles rien que pour finir l’histoire de Junes Davis (avant New York), un livre rempli d’émotion, de passion et de rire of corse (en toute modestie). La voix off qui me sert de conscience sera omniprésente, jusqu'à ce que même Junes Davis la dégage à coup de stylo pour quelques chapitres, pour laisser place à la vraie héroïne du livre: mon alter ego mais version plus sympa quand même (parce que dans la vraie vie, quand tu es trop sympa tu es juste prise pour une.........je vous laisse deviner la suite et surtout je vous laisse imaginer le beau visage d’Alexander G.)

À mercredi pour les Rosenberg match retour!!!!!

Chapitre 6: Mazal tov toi même!!!
Chapitre 6: Mazal tov toi même!!!

Commenter cet article