Junes et les israeliennes

  • Junes Davis-Cohen
  • israel

J’imagine tout de suite ce que vous vous dites. Oulalala, bah alors là, Madame, y a matière à raconter. Il y a tellement de différences entre elles et nous, qu’il faudrait bien plus qu’une chronique pour en parler. Moi, je les connais les Israéliennes, elles sont.....Stop!

Mais au fait, pourquoi tu veux nous parler des habitantes d’Israël, toi, d’abord ? Quel rapport? Au quotidien, tu pratiques de l’américaine, où tu veux en venir, avec ton titre?

Je vous explique. L’autre jour, ma copine Angel, (aussi belle de l’intérieur que de l’extérieur!) m’appelle pour me demander si je peux l’accompagner à la soirée de la tante (israélienne) de son mari, organisée pour promouvoir son blog de cuisine (thebeeskitchen.wordpress.com). Et oui, cette marocaine des temps modernes, manie aussi bien la spatule à cookie que son charme! Un vrai cordon bleu. Au début, il faut dire pour être honnête, je n’étais pas très motivée. La perspective de me retrouver entourée de 40 Israéliennes/ Américaines, au fin fond de New York, ne me faisait pas vraiment rêver. Mais en écoutant son ton déçu de ma non-venue, la voix intérieure qui me hante, faisait trainer ses chaines et ses boulets et me chuchotait: ‟quelle mauvaise amie tu es bouuuuouuuu vilaine bouhouuuuu!″ Bon, d’accord, je viendrai..... Allez organise-toi. Appelle la babysitter, et appelle l'administrateur de ta vie: ton Mari!

- Allô pipine, t’es ok pour que mardi j’aille soutenir Angel pour sa première démonstration culinaire ?

Reflexe de marocain de base:

-Non.

Mince, ces derniers temps, j’ai oublié de lui rappeler que Ma sorcière bien aimée n’est qu’une série des années 60 ( j’adorais les costumes d’Endora), et que la femme qui reste emmurée à la maison n’existe pas.

Je reformule ma question:

-Excuse-moi, je me suis mal exprimée, je te préviens que je ne serai pas là, mardi soir.

- Qui va s’occuper des enfants? Pas moi tout seul j’espère!

- Don't worry honey, la nounou sera là pour t’aider.

(Je précise que la nounou a le physique d’une athlète de rugby mexicaine, engagée aussi pour cette grande qualité. Le cas Jude Law a été une belle leçon pour nous toutes.)

Donc, après 1h30 de trajet, (je t’ai dit que c’était dans le fin fond de New York!). Nous arrivons à la soirée, remplie de dames from Israel, depuis le bout de la rue nous entendions déjà les rires mélangés à des cris. Merde, j’ai oublié mes boules quies!

Nous sommes accueillies telles des stars from the city! Plus Angel que moi, réflexion faite. Moi, je sers de chaouchette, de figuratrice, de soutien moral et de supportrice. Angel installe son matos culinaire sur une table déjà bien remplie D. bénisse, pleine de sushis, de tehina, de brochettes de fruits et de salades en tout genre. Ça rigole fort, ça s’embrasse à tout va, ça papote en hébreu, en anglais, en russe et même une langue indéterminée! Je profite du brouhaha général pour sortir et brancher mon portable dans une prise toute mignonne qui nous attendait. (D’ailleurs, je profite pour écrire un grand merci à Apple pour tes batteries qui ont autant de durée de vie qu'un kinder country dans mon sac!). Je retourne dans la salle à manger, mais comme un aimant, je reviens dix minutes plus tard pour checker si je n’ai pas raté l’appel du siècle ou celui de mon fils (remarque c’est pareil!), mais à ma grande surprise, je trouve un autre portable à la place. Le mot blata/ mal élevée flotte dans les airs.... Mais le pire, c′est que je ne sais pas quoi faire. J’ai peur de me faire crier dessus par la propriétaire féminine israélienne non-identifiée de ce portable voleur de place! Alors je reste là, empotée, devant, mais je décide de prendre mon "courage" à deux mains, comme un défi et je retire le phone. Mazette, dans la seconde de mon acte je perds un tympan: DON'T TOUCH MY STUFF HAMOUDAAAAAA !!!!!!!!! Alors toujours avec le même courage, je rebranche son téléphone et je dit pardon Madame.

Je rejoins la présentation de ma copine qui a déjà commencé (même dans la même maison t’arrives à être en retard, tu excelles dans ce domaine maintenant !!!). Angel balance son speech à l’américaine comme une pro, perchée sur des talons de 12, robe ajustée, avec son tablier imprimé avec le logo de son blog, la recette sur un tableau derrière elle! Les flyers avec les ingrédients de la quiche qu’elle présente qui ont été soigneusement déposés sur chaque siège (c’est ça l’Amérique! Quand tu fais un truc, tu le fais à fond). Je me lève pour immortaliser ce moment en photo. La seconde d’après, j’entends ZOUZ LE PO ! GET OUT RIGHT NOW ! Pousse toi/ dégage. Ok !!! Tout doux Mesdames les israéliennes, je me rassoie. Mais Angel assure comme un chef qu’elle va bientôt être. On entend des kol akavod ma mie ! Amazing food! Mitssouyan! La soirée est un succès, mais, malheur à Angel, une israélienne la prend à part pour lui demander si elle connait quelqu'un pour son fils 37 ans pas marié. Angel m’envoie un texto: Sauve moi. Je lui fais oui de la tête. Et j’entends qu’elle lui dit ‟ça tombe bien, ma copine qui m’accompagne est chadhanite!!! « Quoi??? Mais qui est chadhanite??? Je ne suis pas chadhanite du tout !!!! » C’est vrai que j’adore savoir qui sort avec qui, mais je ne m’occupe pas du service avant-vente (en même temps t’as été commerciale pendant 7 ans!). Mais ce n’est pas le problème. Trop tard, le mot magique est sorti, 4 israéliennes déterminées (le mot est faible!) foncent droit sur moi, Oh my God! Elles me montrent des photos témoins de leurs fils et leurs filles (1 mignon, 3 moches!), me prennent dans leurs bras, me caressent le poil et la perruque. J’ai beau m’époumoner que JE NE SUIS PAS CHADHANITE, rien n’y fait. Elles hurlent plus fort! Attends que j’attrape l’ange que je lui coupe ses ailes!!! Et à mon tour d’envoyer un S.O.S à celle qui m’a mise dans le pétrin! Elle m’arrache de cette chaleur débordante d’amour inconditionnel de mères juives remplies d’espoir de voir leurs enfants se marier et trouver le bonheur. Il y a eu peut-être des décibels de perdus pour mes oreilles de française, mais le cœur gros comme seules les juives, et particulièrement les israéliennes peuvent en avoir, je leurs dis au revoir, on reste en contact. On monte dans le taxi, et mi- amusée, mi- énervée, je sors virtuellement ma hache de secours pour décapiter Angel de reproches! Mais qu’est-ce qui t’as pris?? J’ai paniqué. Ce n’est que le lendemain que je recevrai dans ma boite e-mail, par SMS, par Tango, par Whatsapp, par Twitter, le cv amoureux (véridique) des 4 célibataires américains israéliens!!!!! Mais la question que je me pose, c’est : d’où elles ont eu mon email??? Allô Angel, mon ange, t’as déjà été pendue dans ta cuisine avec des spatules dans le nez?????

Next week, je déclare la reprise officielle de l’histoire de PEARL et Ultra Bright, qui fera office de série pour l’été composée de 6/7 chroniques. Soyez prêts c’est du lourd.....

A mercredi pour une VPA.

Junes et les israeliennes
Junes et les israeliennes
Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog