Malaise à la synagogue

Publié le par Junes Davis-Cohen

Je vais comme à peu près chaque samedi matin à la syna près de chez moi, chez les américains que je commence à vraiment apprécier par leur indifférence constante à mon égard depuis bientôt trois ans!!!

J'essaye de trouver péniblement une place pour m'assoir, tout en trainant mes mini-moi. Ah ça, y est, voilà une chaise vide. Le rabbin commence son show de la semaine (je n'ai pas trouvé d'autres mots pour qualifier sa prestation), mais à quelques mètres plus loin, j'entends un BOUM.

Toutes les femmes comme un seul homme se retournent pour comprendre d'où vient le bruit. Verdict: C'est une dame qui s'est évanouie. Pouff!!!!! D'un coup. Comme ça sans prévenir!!! En même temps, comment veux-tu prévenir d’un truc pareil???? Deux secondes plus tard, il y a un attroupement féminin autour du bruit, et presque simultanément le rabbin arrête son speech (ah voilà, j'ai trouvé!!!) et demande à la cantonade, y a t-il un médecin dans la salle?

Huit mains se lèvent et trois mamans-épouses-sœurs gonflent leur torse. Le rabbin, regarde l'assistance et s'adresse à deux personnes:

- Pas vous, Monsieur Schwartz, ça ne m'a pas l'air d’une urgence molaire!

- Ni vous Monsieur Katz, ce n'est pas non plus une intervention oculaire.

Les autres allez-y.

À ces mots, les médecins déboulent chez les femmes, une valise de secours à la main, stéthoscopes rouges autour du cou (très bon choix de couleur, ça doit être contre l’œil. Je suis sûre que même les ashkés en ont peur! ). Masque et bouteille à oxygène version XXXL. Enfin, bouteille, je décrirais plutôt un tonneau d'oxygène!!!! Faut qu'ils fassent gaffe, il peuvent nous la gonfler à l'hélium avec une seule dose!!! Mais combien ça peut contenir en litres ??? (Mais enfin Junes, ce n'est pas en litres que l'on mesure l'oxygène, c'est en O2. That’s true!!!! Autant pour moi.)

J’entends ma voisine dire à sa copine:

- Mais je la connais. Dès qu'elle respire mieux je te la présente, tu vas voir c'est une dame très charmante. Vous voulez venir prendre un café à la maison, cet après-midi???

- Maman pipi.

- Attends, fifille 2, maman écoute et regarde ce qui se passe.

Je suis scotchée par l'efficacité des personnes présentes qui ont su prendre les choses en main.

Moi, je me rappelle dans ma syna à Paris, quand tu te sentais mal, c'était un morceau de sucre, un verre d'eau et tu rentres chez ta mère. Voilà, quoi!!!!!

Mais que veux-tu, c'est ça aussi, l'Amérique.

Les ambulanciers pénètrent dans la syna tels des justiciers de la santé. La dame est évacuée et a repris des couleurs. En moins de cinq minutes, le problème est emballé, pesé et hop le rabbin souhaite un prompt (pourquoi prompt et pas un bon???) rétablissement et reprend son discours.

Sur ce, je jette enfin un œil à ma poupée qui a eu le temps de faire sur elle, mais pas grave puisque c'est de la moquette, qui amortit aussi bien les pas que les liquides!!!!

Gros bisous les gros.

Malaise à la synagogue

Commenter cet article