Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2 articles avec foulard

Le fabuleux destin non pas d’Amélie Poulain (trop démodée, même pas vintage) mais de Rinati !

Publié le par Junes Davis-Cohen

Il y a quelques années, Rinati Lakel exerçait le métier prestigieux de dentiste au sein de la capitale de la mode.

Son mari, elle, et ses enfants, vivaient des jours paisibles, comblés par la vie, tout en étant des juifs assez pratiquants. Chez elle, tout était très bien respecté dans la tradition juive, sauf que comme beaucoup d’entre nous, notre créatrice n’avait pas encore sauté le pas de se couvrir la tête jusqu’en 2001.

Cette année là, sa vie est totalement bouleversée dans des circonstances dramatiques. Brûlée au 3ème degré lors d’un grave accident domestique, elle se retrouve temporairement sans cheveux.

En effet, les médecins ont dû lui enlever toute sa belle chevelure pour prélever une partie de peau située sur sa tête, afin de procéder à une greffe.

Suite à cela, Rinati s’est vue dans l’obligation de se couvrir la tête malgré elle. Elle qui a toujours été une femme chic et élégante, a voulu coûte que coûte rester la femme qu’elle était ! (Franchement, chapeau, même si elle a opté pour un autre couvre-chef !)

En attendant la repousse, elle a voulu conserver sa féminité et son style, grâce à un foulard élégamment noué autour de sa tête, qui dissimulait son alopécie provisoire. Tout en portant son foulard, Rinati, qui entre temps avait fait son alya, s’est vite rendu compte que les modèles et les différentes collections présentes sur le marché ne lui convenaient pas. (Et elle avait bien raison, parce que faut avouer qu’il y a beaucoup de foulards pas très jojo. C’était une preuve indéniable qu’à l’époque, notre Rinati avait déjà du goût et pas qu’un peu !).

De ce fait, avec sa personnalité innovatrice et conquérante, il était clair que son fabuleux destin s’est joué à ce moment-là !

Note de Junes Davis : Dès que ma sœur m’a raconté son histoire, je l’ai direct passée dans la catégorie des Wonder Woman du monde. Celles qui passent à travers les épreuves, et qui s’en sortent encore plus fortes ! By the way, mon fils m’a littéralement harcelée toute la semaine pour que je l’emmène voir WW au ciné. De toute façon, c’est toujours moi qui m’y colle, parce que mon R.D.M (Roi Du Maroc) s’endort systématiquement dès qu’un générique de film commence. On en parle, de l’actrice sculpturale Gal Gadot, avec son accent israélien et son 1m80 qui m’ont scotchée sur mon siège en velours pendant toute la séance ? Non pas que le film soit le film de l’année, l’histoire m’est carrément passée au-dessus de la perruque, mais alors son jeu d’actrice, bababa, comparée à elle, d’autres peuvent aller se rhabiller. Remarquez, Wonder Woman, ça ne lui ferait pas de mal de rallonger un peu son costume. No offense, je dis ça, je ne dis rien !).

Bref, revenons à notre véritable héroïne du jour, Rinati, qui a décidé de prendre les choses en main, ou plutôt quelques tissus en main, pour faire ses propres créations. Au début, elle les avait créées exclusivement pour elle, mais très vite, son talent et son don (ah si, à ce stade-là, c’est un don quand même, faut avouer !) ont été repérés par toutes les femmes de son entourage, famille, amis et plus loin encore, et à force qu’on lui dise que ce qu’elle portait était d’un grand raffinement, elle s’est lancée dans la création de foulards pour tous publics, qui sont non seulement très beaux, stylés mais aussi d’une grande qualité.

Mais le plus fort reste à venir : en 2008, Rinati Lakel révolutionne l’univers des foulards. Elle invente un accessoire que PERSONNE n’avait pensé avant elle : LE BOUBOU. C’est une base volume destinée à maintenir le foulard, et qui lui assure un volume homogène et une tenue en toutes circonstances. Cette base nommée LE BOUBOU, sera déclinée en plusieurs modèles et volumes, pensés pour être les plus confortables et adaptés à chacune. C'est grâce à cette ingénieuse invention que la marque RINATI LAKEL a acquis sa renommée mais pas que… la marque propose un atelier qui accueille toutes celles qui veulent se faire faire des foulards sur-mesure, exactement comme l’on irait voir un couturier pour nous faire The vêtement de nos rêves (pour la Bar Mitsva de mon fils, si D. veut, j’ai repéré une tenue de folie, mais comme c’est dans deux ans, je crois que je m’emballe un peu trop pour investir maintenant, mais quoi qu’il arrive, j’irai me faire aussi un foulard de folie chez elle, obligé !) En plus, c’est Rinati herself qui reçoit ses clientes, et qui propose une gamme de tissus qui s’accordent parfaitement avec la tenue, alors foncez mesdames.

Pour conclure :

Je crois que c’est la première fois que j’écris la biographie (rapide) de quelqu’un, si on n’occulte le fait que je vous raconte pas mal ma vie (si peu !) ou celle de mes parents (mon père adore, d’ailleurs, chaque fois que je le cite, il veut que le tague), mais aujourd’hui, j’avais ce besoin de rédiger ces modestes lignes sur cette femme qui est tout simplement grandiose. Les épreuves ne l’ont non seulement pas abimée, mais l’ont rendue bien plus forte. Ce destin aurait pu être brisé par les évènements qu’elle a vécus, mais elle a su se relever, grandir et avancer. Elle avait toutes les raisons du monde pour envoyer tout valdinguer, mais elle a fait le contraire, en créant cette marque de façon aussi ingénieuse, elle est devenue une version sublime et grandiose d’elle-même. Qu’ y a-t-il de plus beau ?

Je conclurai ma mini chro du jour par la phrase trop jolie de Rinati : En France, lorsque j’étais dentiste, je couronnais les dents des femmes, aujourd’hui, je couronne leur tête !

Et moi je vous retrouve lundi avec mon titre : Mon plan pour aider Macron à sauver la France. Mon voyage à Paris a été plus qu’inspirant. Gros bisous. Chabbat chalom

Le fabuleux destin non pas d’Amélie Poulain (trop démodée, même pas vintage) mais de Rinati !
Le fabuleux destin non pas d’Amélie Poulain (trop démodée, même pas vintage) mais de Rinati !

Partager cet article

Repost 0

Les astuces de Tata pour bien choisir sa perruque et son foulard !

Publié le par Junes Davis-Cohen

 

Lorsqu’il y a quatre ans et demi, j’ai décidé de me couvrir la tête, ce fut un choc ! Venant d’une famille très religieuse, et ayant vu toute ma vie ma mère porter une perruque, j’aurais pensé que de le faire à mon tour, bien qu’avec huit ans de retard, aurait été juste naturel pour les gens qui m’entourent ! Eh bien… pas du tout ! J’ai découvert qu’en prenant cette décision, c’est devenu une affaire quasi d’État/politique et sociale où chacun donne son petit avis (alors que j’ai rien demandé !) :

 

– Mais enfin tu n’y penses pas, toi qui adore la mode, comment tu vas faire pour allier les deux ?

 

– Et en été, as-tu pensé à comment tu allais faire ? Parce que là, en automne, tu fais la belle, mais crois-moi, tu vas mourir de chaud avec toutes tes fanfreluches sur la tête ! Tu vas transpirer, et tu ne sentiras même pas bon !

 

– C’est pas les ultra-orthodoxes, en Israël qui se couvrent les cheveux ?

Mais toi, franchement, en plein Manhattan, qu’est-ce que tu vas nous foutre sur le crâne ?

 

– Et ton mari ? Il en pense quoi, ton mari ? Parce que le mien, il n’accepterait jamais ! C’est limite quand je vais à la syna, et encore…

 

– As-tu conscience que tu ne pourras plus te mettre en maillot ? Fini la plage ! Fini les kiffs. Tu vas passer à côté de ta jeunesse !

 

– Ça veut dire que tu vas raser tous tes cheveux en dessous ?

 

Des tas et des tas de questions, auxquelles je me sentais obligée de répondre, pour justifier une démarche tout à fait personnelle. La chose la plus hallucinante, c’est que je n’essayais même pas de convaincre les autres de mon choix. Hou la la, loin de là ! Qui suis-je à pour convaincre qui que se soit? Mais rien que de décider physiquement d’accomplir un acte aussi fort de l’extérieur, a suscité un bouleversement visuel pour mon entourage, et même pour les gens que je ne connaissais pas.

 

Il y a juste une question-réflexion qui m’a interpellée plus que les autres, car je l’ai trouvée assez injuste, voire totalement fausse, limite méchante et assez cliché…

 

– Tu vas devenir affreuse ! Crois-moi, tu ne sais pas dans quoi tu t’embarques ! Tu vas devoir sacrifier ta féminité, parce que pour moi, toutes les religieuses sont moches et mal fagotées !

 

– Toutes les religieuses ? T’es sûr ? Ce n’est pas un peu… du GRAND n’importe quoi, ce que tu affirmes ?

 

– Bon ok, peut-être pas toutes, mais faut avouer qu’entre celles qui portent un balai-brosse sur la tête, et les autres avec leurs fichus pas terribles, je ne sais pas comment tu vas t’en sortir pour ressembler encore à un être humain.

 

La remarque m’avait piquée, pas autant qu’une piqure de moustique mais quand même ! Je trouvais cela drôlement faux ! Combien de femmes ont un visage magnifique que le port du foulard justement met encore plus en valeur ? Combien d’américaines j’ai croisées avec des perruques plus magnifiques les unes que les autres, qui donnent envie à n’importe laquelle d’entre nous d’échanger volontiers cette parure contre nos propres cheveux ? D’ailleurs, certains rabbanims ne sont pas du tout d’accord, les qualifient de non-conformes, parce quand ces dames traversent un restaurant, il n’est pas rare que tous les regards se tournent vers ces beautés !

 

Attention ! Il n’est écrit nulle part que l’on doit s’enlaidir en se couvrant la tête. Au contraire, foulards ou « casques chevelus » ont une importance capitale, car c’est un kidouch Hachem/honneur à D.)

 

Depuis, je me suis jurée d’essayer de ne jamais faire honte ou de ternir

l’image/la boite de la femme religieuse dans laquelle on m’a mise (alors que D. Lui-même n’a jamais mis personne nulle part, mais c’est pas grave !)

 

J’ai pris mon couvre-chef et mes tenues tsniout comme un vrai challenge du quotidien. Il m’arrive d’y arriver (j’adooooore ta robe), ou de me rétamer (t’étais pas top hier, franchement c’était horrible ta jupe et ton haut ensemble).

 

C’est pourquoi aujourd’hui, j’ai pris mon clavier pour vous écrire mes astuces pour bien choisir son foulard et sa perruque, avec des adresses de folie, et les erreurs à éviter (j’en ai beaucoup, beaucoup au compteur, alors autant que ça serve à quelque chose).

 

J’ai mis du temps à passer le cap d’acheter une perruque pour une raison très simple : mon mari, que D. le bénisse, qui n’est pas à proprement parler un homme dit religieux, mais qui en a tous les atouts, a tout de suite donné son feu vert pour que je saute le pas ou plutôt le cheveu, de me les couvrir, mais il a émis une condition :

 

– Essaie d’abord avec un foulard. Si au bout d’un an, j’observe que tu te tiens à ta démarche, que tu es sincère, et que ce n’est pas une de tes nouvelles lubies, c’est d’accord pour la perruque, parce que je crois que ça coûte vachement cher ces machins-là. T’en fais pas, on fera une étude de marché, on va tout noter sur un fichier Excel, on va comparer les prix, on va…

 

Du coup, il m’a mise à l’épreuve ! Je devais lui prouver et me prouver (puisque le mari est le miroir de l’autre, je sais, c’est dur à croire, mais apparemment, c’est vrai) que ce n’était pas qu’un caprice (non mais !)

 

Aujourd’hui, après quatre ans, j’alterne entre perruque et foulard, au gré des températures extérieures et du temps que je dispose devant moi le matin en regardant ma montre.

 

Sans plus tarder, mes trucs et astuces pour bien choisir son foulard et sa perruque (eh bien, c’était pas trop tôt, oui je sais, désolée, j’ai mis trois plombes pour l’intro).

 

Le foulard :

 

Commencez par faire un tour dans votre armoire, pour voir ce que vous trouvez. Si vous trouvez des pashminas, ce style de matière est à éviter de chez éviter.

 

Les tissus trop lourds ne tiennent pas sur votre tête, ils glissent, et peuvent vous mettre dans des situations très embarrassantes. Exemple : vous parlez à quelqu’un, et vous sentez que votre foulard glisse centimètre par centimètre jusqu’à ce que vous l’attrapiez au vol avant qu’il ne soit trop tard !

 

À l’inverse des matières trop fines comme la soie. Oh my Gosh: la soie !

Bien que cette étoffe soit magnifique, ce tissu ne fait que glisser constamment, bien pire que les pashminas. Il y a l’astuce des pinces à glisser sur les côtés, mais faut avouer que ce n’est pas très chic.

 

Vous avez le système du bandeau en velours à poser en dessous pour que votre foulard soit fixé. Le best reste le « boubou », que l’on peut choisir selon la taille souhaitée. Il en existe toutes sortes de volumes et de tailles différents. Vous pouvez aussi poser un foulard noir comme base, pour plaquer vos propres cheveux, et par-dessus, vous mettez les foulards que vous voulez.

 

INFORMATION IMPORTANTE : la plupart des femmes qui se couvrent la tête ne rasent pas leurs cheveux ! Mais alors pas du tout.

C’est une infime partie d’un milieu ultra-orthodoxe qui continue de perpétuer cette tradition propre à eux. Junes Davis vous supplie de ne plus utiliser cet argument, car cela montre à quel point vous ne connaissez pas notre histoire !

 

Une fois la base solide posée, vous pouvez vous éclater avec tous types de foulards que vous souhaitez. Vous pouvez vous amuser à le nouer de mille et une façons. Sur YouTube, vous avez des tonnes de démos, pardon tutos, c’est comme ça que l’on s’exprime aujourd’hui, qui sont très inspirants.

 

Perso, depuis longtemps, je fais confiance à la marque Rinati Lakel sur

http://www.rinatilakel.com/fr/, parce que la qualité et la tenue de leurs produits sont juste incroyables (photo en bas de chronique, et sur mon

insta : Junes Davis). À vous de plonger dans le choix de cette marque, et d’allier beauté et classe à la fois.

En plus, je trouve que l’histoire de la fondatrice de la marque est passionnante et mérite d’être racontée, je vous la poste mercredi ! Mais genre obligé !

 

En revanche, dès l’instant que vous portez un foulard, il y a une règle d’or : soyez extrêmement bien maquillée. Le foulard met en avant le visage, et souligne le regard de la femme. Si vous n’avez pas le temps le matin, travaillez au moins votre teint pour qu’il soit zéro défaut.

 

Le foulard doit être considéré comme un accessoire à part entière. Fini le temps des filets sur la tête.

 

Donc si je résume :

 

Do’s :

 

- maquillage de star

 

- tissus de qualité

 

- s’assurer que le foulard ne glisse pas, investir dans des accessoires tels qu’un bandeau en velours, le boubou, ou tout simplement un foulard en coton en dessous.

 

– épurer son style avec une tenue droit au but, sans rafistolages

(gilet+tshirt+jupe+jupon qui se voit+ collier ras de cou+ …trop trop chargé !)

 

 

Don’ts :

 

– porter des lunettes.

 

– sortir sans maquillage

 

 

Lien pour nouer son foulard :

http://www.rinatilakel.com/fr/content/8-astuces

 

Maintenant passons à la perruque :

 

Déjà, deux stratégies s’offrent à vous :

- La première, comme c’est le début, n’investissez pas trop, parce qu’il n’y a rien d’évident à trouver son style de perruque toute prête qui nous va super bien, tout de suite. Achetez une, voire deux pas chères (aliexpress ou les magasins Afro à Château-d’eau), et après plusieurs essais, vous y verrez plus clair pour décider vers quels modèles vous serez sûre de vouloir porter au quotidien. Autant ne pas se planter, parce que c’est quand même un truc que vous allez avoir 7 jours /7, alors mieux vaut attendre un peu, et être sûre de vous, plutôt que d’acheter, de regretter et de faire n’importe quoi (comme moi !) !

 

Si vous êtes en recherche d’une perruque qui doit ressembler comme deux gouttes d’eau à vos vrais cheveux, ou à votre coiffure habituelle, c’est mort. Oubliez ! Je ne veux pas vous décourager, mais c’est très rare de trouver exactement la même couleur, la même coupe, le même mouvement.

Vous trouverez surement un modèle qui vous ressemble, avec lequel vous vous sentirez vous même, mais ne vous focalisez pas sur la réplique exacte de ce que vous avez l’habitude de voir dans le reflet de votre miroir.

 

La deuxième option : investissez direct dans du vrai et du beau cheveu.

Choisissez un modèle qui se rapproche le plus de votre couleur de base. Ne prenez pas du trop long parce que ok, c’est super beau, mais c’est lourrrrrrrd ! La plupart des femmes en ont deux, une légère pas trop longue, et une autre pour chabbat et les fêtes, bien longue, avec plein de cheveux, comme ça, cela vous permet de faire différentes coiffures.

 

Avant d’acheter, demander à la vendeuse si c’est du naturel ou du synthétique. Le naturel tient bien évidement plus longtemps, c’est pour ça qu’il coûte aussi cher. Le cheveu européen est de très bonne qualité !

 

Une perruque s’entretient. Trouvez une bonne coiffeuse qui a l’expérience des perruques, et négociez avec elle un bon prix, comme ça toutes les 2/3 semaines, vous la ou les lui donnez à laver et à brusher. C’est tellement un kiff de la porter quand elle sort de chez le coiffeur, qu’on se sent super bien !

 

Ne soyez pas surpris si au bout d’un certain nombre de mois, les cheveux de la perruque se détachent, c’est normal ! C’est pour ça qu’il existe des dames qui réparent et recousent les perruques.

 

Je vous note mes adresses New Yorkaises que j’ai pu tester avec la fourchette de prix à côté :

 

Gali’s Couture Wigs à Great Neck. Entre 1300 et 2500 dollars. La boss est super jolie et très américaine, c’est à dire très sympa. Juste un conseil, quand elle vous fait son speech qu’une bénédiction est cousue dans l’étiquette de la perruque, sérieusement, c’est n’importe quoi. La seule bénédiction, c’est vous qui la créez au quotidien, mais comme elle est tellement cool, on lui pardonne.

Petit moins : le service après-vente pas au top.

 

Bekawigs à Brooklyn. Entre 1800 et 2900 dollars. Celle qui tient l’atelier est d’une beauté à vous faire acheter toutes les perruques rien que pour lui ressembler. Elle vous conseillera au mieux avec gentillesse et douceur.

C’est une vraie passionnée, et vous avez une option : le sur mesure. C’est à dire que le bonnet dans lequel sont cousus les cheveux sera mesuré et adapté

à la morphologie de votre tête !

 

Shevy Wigs à Brooklyn. Très cher, les prix dépassent l’entendement, et j’ai honte de vous l’écrire, mais vous avez le top !

Service au top ! Coiffeuses méga professionnelles ! Le salon est supra moderne, classe, incroyablement américain, avec des hôtesses d’accueil qui ont un téléphone-micro pour prendre les appels.

Vous avez un service après-vente de folie ! C’est grandiose, mais encore une fois, faut que je me coupe un rein pour pouvoir acheter une perruque chez eux.

 

N’hésitez pas à me noter vos adresses françaises/canadiennes/ israéliennes, qui peuvent nous être très utiles.

 

Je vous embrasse et vous souhaite all the best ! On se retrouve mercredi pour l’histoire fabuleuse de Rinati Lakel.

 

Vous pouvez commander mes livres le Tome 1 et le Tome 2 sur Junesdavis.com

 

PS : Je suis en train d’écrire une chronique qu’il me tarde de vous poster : mes solutions pour aider Macron à remettre l’économie de la France en

état. On va bien se poiler, mais je ne veux pas vous spolier.

Les astuces de Tata pour bien choisir sa perruque et son foulard !
Les astuces de Tata pour bien choisir sa perruque et son foulard !
Les astuces de Tata pour bien choisir sa perruque et son foulard !

Partager cet article

Repost 0