Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1 articles avec jolie

Belle et tsniout en toutes circonstances

Publié le par Junes Davis-Cohen

 

Je suis sûre que vous avez déjà entendu parler de la célèbre émission d’M6 qui s’intitule (à peu près) « Belle toute nue » ! Eh bien ma chronique d’aujourd’hui, c’est un peu le contraire du concept, puisque son titre aurait pu être : « Belle et couverte ! »

J’entends d’ici vos commentaires : « Non mais l’autre, n’importe quoi ! Soi-disant lorsque tu es tsniout, tu peux être belle ! Mais madame la religieuse, n’es-tu pas censée te la jouer discrétos ma grosse, et non te mettre en valeur en accrochant le regard des hommes ?

Ah oui, j’en profite pour casser un cliché : les religes ne sont pas toutes grosses, et n’ont pas toutes quatorze enfants à la chaine. Cela dépend de la femme, de son envie, de son couple, comme tout le monde, quoi !

D’ailleurs, j’aurai pu aussi poser mon sujet sous cette forme :

« Jusqu’où peut-on aller quand on est tsniout, et que l’on veut être jolie et le rester ? »

Eh bien, je réponds que l’on peut aller là où l’on veut, tout en respectant impérativement, les commandements de rigueurs sinon la relige…, bah elle est pas crédible :

 

1) Tu dois te couvrir toutes les articulations. (sauf les poignets et les chevilles, y’en a qui font plus, mais c’est vous qui voyez !)

2) Et si t’es mariée, tu dois planquer tes cheveux à l’aide d’un chapeau, foulard, béret, mi-bas, perruque, chat, whatever… L’essentiel, c’est de participer à la chose, un peu comme au superbowl, et non de clamer haut et fort que celles qui mettent ceci ou cela sont mieux, alors que la profondeur du sujet vaut beaucoup mieux que ce débat !

Quant à la réflexion (légitime) qui me rendrait pleine aux as, si à chaque fois qu’on me l’avait posée, on m’avait donné un dollar :

– Je ne comprends pas, les femmes qui portent une perruque sont bien plus jolies qu’avec leurs propres cheveux, donc je ne vois pas l’intérêt d’en porter une.

Et je stoppe cet argument par un défi : mesdames, je vous invite à mettre sur votre tête, une super perruque de folie, et de la supporter toute la journée, vous verrez la difficulté de la garder ! Donc si elle embellit un peu, (et encore, pas toutes les perruques nous rendent ce service), n’hésitez plus ! N’oublions pas de saluer la performance de celles qui ont choisi de porter d’autres couvre-chefs, car ce n’est pas très évident non plus !

 

Maintenant que les bases sont posées, attaquons-nous à notre sujet du jour :

Être belle et tsniout en toutes circonstances ! On commence tout de suite par :

 

La tenue de sport :

 

Le top, bien sûr, c’est de fréquenter une salle pour femmes, et d’être à son aise, mais si comme moi vous n’habitez pas à Meah shearim, et que vous ne jouez pas un rôle dans la série Shtisel (j’aimerais bien), il faut trouver une solution, et le style qui avec !

 

Parce que le jour où j’ai voulu m’habiller pour aller à la salle de sport, j’ai vite compris que ma marche de manœuvre vestimentaire n’était pas grande. Mon challenge était de trouver la motivation pour aller vers les machines de torture, mais aussi de trouver ce que j’allais bien me foutre sur le dos. Car l’équation : jogging/leggings/jupe + foulard/ casquette/ béret + gilet/t-shirt manches longues/débardeur, rien qu’avec tout ça, tu sais d’avance combien tu vas suer, et cela peut être vite décourageant face aux bombasses sportives qui ne portent pas grand chose ! Bah oui, faut pas se mentir, devant mon armoire, j’étais quelque part entre Esmeralda et un patchwork vivant !

J’étais dans l’urgence de trouver des solutions fashion et plus vite que ça, car il était déjà 9:15 et j’étais censée y être pour 8:30.

 

Le mieux, c’est soit de se la jouer hipster, avec un bonnet comme mon amie Orely, que l’on porte avec un t-shirt à manches longues, accompagné d’un legging, avec une jupe un peu évasée, soit d’alterner avec une jolie casquette, des baskets bien tendance que vous trouverez chez Nike (photo en bas d’article), avec une jupe de tenniswoman comme propose la célèbre marque américaine Lululemon.

Perso, pour le haut, j’ai choisi un body noir lycra à manches trois quart, que l’on trouve dans les magasins pour ballerines. Seul et unique moment de ma vie où une fois dans la boutique, je me suis prise pour une des leurs. M’y croyant un peu trop, j’ai essayé une paire de ballerines, et commencé à faire style des pointes, mais les « vraies » danseuses pro se sont tellement moqué (saletés) de moi, que j’ai payé fissa mon justaucorps, et détalé comme un lapin sans demander mon reste !

 

Alerte Junes : j’insiste bien sur la casquette ou le bonnet, parce que votre foulard risque de glisser et vous déconcentrer, ça peut même être dangereux. Un accident est si vite arrivé de nos jours ! Oh non ! Ça y est le côté Ashké-stressé de mon homme a finalement bien déteint sur moi, quelle horreur ! J’ai plus qu’à me faire une bonne couleur au henné pour me remettre les idées en place, moi !

 

Oubliez toute de suite l’idée saugrenue de la perruque ou du postiche, parce qu’il y a quelques années, j’étais en pleine course effrénée sur le tapis, bien concentrée, ne remarquant rien (surtout pas le beau gosse tout musclé en débardeur), mon postiche s’est balancé dans les airs pour retomber mollement par terre. Après, il a fallu faire semblant que cette touffe de cheveux ne m’appartenait en aucun cas. Sauf que le beau gosse tout musclé en débardeur, lui, a été témoin de la scène, et a ramassé l’objet de la honte en me disant : « C’est à vous je crois ? ». La tête basse, j’avais pris ma touffe de faux cheveux, et l’avais fichue à la poubelle.

Une Junes qui a eu une mauvaise expérience prévient les autres.

 

 

Quand on dépose les enfants à l’école, ou que l’on doit faire les courses :

Junes Davis se lève sur une estrade, et vous interdit de sortir sans être préparée ou de pointer le museau : Hala/ horrible.

(Hala: mot qui provient de l’arabe pour dire que l’on est moche/débraillé/pas glamour… on peut utiliser ce terme pour dire : « Ho la la, aujourd’hui je suis sortie toute hala ! » À ne pas confondre avec le pain de chabbat qui se dit : Halla)

Donc d’être hala, je vous l’interdit, carrément ! Vous vous débrouillez comme vous voulez, quitte à vous levez quinze minutes plus tôt, mais vous me sortez présentable ! Présentable veut dire :

Perruque : coiffée !

Tenue : coordonnée ! Sac, bijoux (discrets) ! ET MAQUILLÉE (Quand je suis sérieuse, je mets tout en majuscule) ! On vous regarde, mesdames, et on vous pointe du doigt, ne l’oubliez jamais !

Mais comme je suis aussi une humaine, je vous accorde un joker de cinq fois dans l’année, si jamais un matin vous êtes en retard !

Le must : préparer sa tenue pour le lendemain, comme ça on perd pas de temps !

 

À un mariage :

On oublie direct les robes bretelles, les boléros…! Pitié, je me mets à genoux pour vous demander de ne plus faire de rafistolages, cela n’est pas élégant, et vous DEVEZ être élégante ! Donc le mieux, c’est de prendre une robe déjà faite, ou un modèle facilement adaptable où il n’y aura quasiment rien à retoucher.

Des sites comme asos.com, ou des grandes enseignes, proposent de super robes. Alors on clique, on reçoit, et on rend si ça va pas !

 

À la syna :

On met le paquet, je veux vous voir sur votre trente-et-un ! Avec de super accessoires, tels que des bibis, des chapeaux, des gants, des talons (sauf si la syna est loin) Soyez trop jolie, pour vous, pour votre homme, pour votre famille, et pour tous les gens qui vous entourent !

Le must, c’est soit une jolie robe, soit une jupe crayon ou une tutu skirt avec un haut sympa. On joue avec les volumes, si en bas, moulant, le haut, large, et vice versa. Des talons, j’y reviens car j’y tiens, mais pas les 12 de chez louboutin. On ne va pas à un mariage non plus, à part si c’est chavouot, et que l’on célèbre notre mariage avec la thora, mais vous risquez de tomber, et ce serait relou de transgresser la fête ! Entre cinq centimètres et sept centimètres, c’est parfait ! Vous avez le droit aux bottes évidemment, pourvu qu’elles soient stylées.

 

À la piscine :

On va pas se mentir, ça c’est vraiment plus dur, car autant l’année avec les fringues, ça passe, autant à la piscine ou à la plage, on est cuites au soleil. Mais pas de panique, si vous faites partie de ces femmes qui n’arrivent pas à sacrifier la plage, et qui craquent, CE N’EST PAS GRAVE ! On se détend ! Rome ne s’est pas construite en un jour, comme on dit, on fait comme on peut, juste allez dans un endroit paumé, et KIFFEZ pour que les mauvaises (langues) s’étouffent avec leurs mots. Et au pire, si vous vous faites griller : ON S’EN TAPE !

Pour les autres, on alterne entre ce maillot de bain tsniout, mais faut assumer (j’assume pas, je les déteste, mais je les porte quand même!) ou de magnifiques tuniques inspiration Pucci, avec des chapeaux de paille, des grosses lunettes de soleil, un sac en osier, surtout pas d’huile de monoï, ça sent bon, mais ça crame la peau.

 

Quand on est enceinte :

Bah déjà, Mazal Tov ! Je suis trop contente pour toi, copine, c’est tellement beau, tellement merveilleux, tellement… tellement galère, oui ! Parce que jusqu’au cinquième mois, ça va encore, tu t’en sors avec un joli haut ample, une jupe taille basse, des petites bottines, un gilet en fourrure sans manche, et le tour est joué, mais à partir du 7ème mois : N’INVESTIS PAS ! Ça sert à rien ! Tu t’achètes deux-trois robes H& M maternity, que tu alternes, version taille empire. Tu piques une chemise de ton homme (ça dépend de l’homme), pour laisser respirer ton joli ventre avec une jupe droite.

Avec ton top, tu peux rajouter une jolie ceinture pour aider les gens à distinguer le haut de ton ventre et le bas... et basta ! On peut pas faire grand chose, et dis toi que c’est pour un ou trois mois, et quoi que tu portes, de toute façon, tu seras toute jolie car tu portes la vie !

Ah oui, j’oubliais, si tu attends un enfant en hiver, prends des collants spécial femme enceinte, sinon tu vas te gratter toute la journée, et ce serait dommage d’être gênée (aussi) par ça. Voilà ma belle, et encore mazal tov !

 

Mais alors, ai-je vraiment répondu à la question : Pouvons nous être belle et tsniout à la fois ?

Je dirais, en tant que (très, très) modeste modeuse, que c’est à vous tous les jours de vous sublimer !

Dans notre si belle Thora, la beauté de la personne n’est absolument pas remise en question. Combien de fois dans les textes, la Thora n’hésite jamais à préciser quand l’un de nos patriarches (Yossef) ou martriarches (Sarah, Rivka, Rachel…) ou Roi (David) étaient beaux et belles !

Cela nous prouve que la beauté est omniprésente dans notre vie, et que c’est toujours agréable d’avoir quelqu’un de soigné et de classe en face de soi !

Je souligne que nous avons tous une grande responsabilité envers les autres quand on respecte les lois de la tsniout. Je l’avais déjà noté dans une autre chronique, mais je ne le dirai jamais assez, il faut donner envie aux gens, et non le contraire. Soyez une inspiration ! Car le monde se contente souvent d’un : même pas en rêve je porte une jupe longue, ça me dégoute, ça traine par terre, c’est noir, ça me donne chaud, et c’est triste !

Levons-nous mesdames, battons-nous, et acceptons ce challenge qu’est notre quotidien, de montrer à nous-mêmes et aux autres toute notre finesse et notre classe ! Tout le monde en sera fier, et vos maris en seront ravis.

Ah, ça tombe bien que je conclue sur les maris, car il me tarde de vous poster ma chronique de la semaine prochaine qui est :

Quand ton mari fait de toi sa reine du Maroc !

 

N’hésitez pas à me contacter et rajouter vos idées en commentaires ou m’envoyer un courier ( j’adore les courriers ) sur junesdavis55@gmail.com. On se retrouve mardi pour une petite Vdm. Gros bisous

Belle et tsniout en toutes circonstances
Belle et tsniout en toutes circonstances
Belle et tsniout en toutes circonstances
Belle et tsniout en toutes circonstances
Belle et tsniout en toutes circonstances
Belle et tsniout en toutes circonstances

Publié dans humour, thora, tsniout, fashio, jolie

Partager cet article

Repost 0