To Be or not To bechevat!!

Publié le par Junes Davis-Cohen

Nous sommes la veille de Tou Bichevat, et je suis en train de faire mon marché. Je me retrouve en train de palper les fruits et les légumes lorsque je surprend une conversation que je n’aurais jamais du entendre.

Laquelle? Entre qui et qui ?

Entre la pomme et la figue...

Allez arrête ! C’est n’importe quoi ! Junes Davis, je ne sais pas ce qui t’arrive ce mois-ci, tes chroniques sont de plus en plus déjantées. Qu’est-ce qui se passe, tu veux qu’on en parle ? Raconte nous tout.

Laissez moi tout vous expliquer, et vous allez tout de suite comprendre pourquoi je devais prendre mon clavier et vous retranscrire cette conversation très très bizarre mais pour le moins amusante :

– Avec qui tu vas à la soirée demain soir, Pompom?

– Poufff, quel casse tête ! Ne m’en parle pas, chaque année c’est pareil.

– Oui, je sais. Ce qui est bien, c’est que toi, tu as un choix de partenaire, ce n’est pas comme moi, une pauvre figue solitaire !

– Tu parles, c’est plus galère qu’autre chose, tu te souviens l’année dernière, j’avais pour cavalière la Granny Smith, et cette vulgaire pomme a osé se ramener en baskets, j’étais mort de honte ! Je crois que je vais demander à la reinette de m’accompagner cette fois, j’aurai une chance de remporter le titre de roi et reine de la soirée. Et toi, tu t’es décidé ?

Mais où tu traines tes oreilles Junes Davis ?

Chut, tais-toi, j’écoute la réponse de la figue.

– Je crois que je ne vais pas y aller, ça me gave trop, tous ces trucs mondains. Tu pourras me couvrir et inventer un truc pour moi ?

– Ah non, Fifi, cette fois-ci, je ne me laisserai pas avoir, déjà pour le cas Adam et Eve, c’est à moi que l’on a fait porter le chapeau, alors que c’est toi qui étais à l’origine de la faute originelle. Il a suffi qu’un artiste de la renaissance me peigne, et voilà que depuis des décennies je me traine cette réputation où soi-disant c’est moi le fruit défendu, alors pas question de me faire avoir cette fois-ci.

– Encore cette vieille histoire, purée ce que tu es rancunier. Bref, passons à autre chose, je sens que l’on va y passer la nuit. J’ai pas bien vu le carton d'invitation, mais c’est toujours les mêmes participants ?

– Oui sûrement, laisse moi voir, je l’ai là sous les yeux, alors voyons voir, il y aura :

Le blé, l’orge, la datte, toi, le raisin, la grenade et l’olive.

– J’ai toujours été jaloux de la grenade, c’est déjà la star des débuts d’année, elle est sur toutes les cartes de Bonne année, ça me soûle qu’elle soit encore nominée.

– Ah bon ? Oh non, moi ça me dérange pas, une fois qu’on lui retire sa peau, elle est super sympa. En revanche, ce qui me dérange c’est que le blé soit encore de la party ! Depuis quand c’est un fruit, celui là ? Même l’orge, c’est pareil.

– C’est pas à toi que je vais dire que son père est bourré de blé, et que son cousin l’orge est rempli d’or, je sais que ce sont eux qui sponsorisent les soirées.

– C’est toujours sur le thème bal de promo année 5776 ? On va surement utiliser le raisin pour faire du jus, espérons que cette année il n’y aura pas de pépins comme l’année dernière.

– Oui espérons, et c’est toujours l’Homme qui est un arbre des champs qui sera l’animateur de la soirée.

– Cool, j’adore, bon, je vais me préparer et te dis à demain soir. Je vais prévenir l’olive qu’elle ramène pas toute sa famille, parce que je la vois se faire mariner depuis tout à l'heure avec ses belles sœurs.

– Oui, fais donc ça, on va se préparer, hâte d’y être ! Et impatient de revoir l’animateur, il est trop cool.

Mais enfin, Junes Davis, qui est cet homme dans un arbre des champs ? Le nouveau David Guetta ? (Tu te rends compte qu’il a divorcé de Cathy après 20 ans de mariage ! Ça fait peur... )

– Je vais t’expliquer qui il est.

Quand j’étais à l'école juive, j’avais ma prof d’hébreu qui avait dans mon souvenir, une perruque monstrueuse. Chaque fois qu'elle bougeait la tête de gauche à droite et de droite à gauche, la perruque restait stoïque, ne bougeait pas. Ça m’avait tellement traumatisée, que je m’étais juré de ne jamais me couvrir la tête, mais ayant les yeux sur sa coiffure et les oreilles sur son cours qui parlait de la fête des fruits, elle nous parlait toujours de ce gars:

L’homme est un arbre des champs.

J’adorais l’imaginer en train de courir dans les champs torse nu et s’occuper de la paille. Mais quelques années plus tard, j’ai compris la signification de cette fameuse phrase, et pourquoi cette fête a son importance capitale, même si on pense que cela concerne le renouvellement des fruits et la nature mais pas que.....Puisque nous pouvons tous les jours nous renouveler, prendre un nouveau départ et être ce que nous voulons être. Be or not to be chevat !

Hag Sameah, et allons déguster tous ces fruits qui n’attendent que nous !

PS: Concernant ma prof d’hébreu et sa perruque, la seule chose que je retiens, c’est que quinze ans après, je me rappelle encore de son enseignement, qui était il faut l’avouer, excellent !

Imaginons que dans quinze ans quelqu’un vienne me voir et me dise :

– J’ai lu toutes vos chroniques depuis le jour où vous les avez publiées, et je me rappelle de certaines précisément.

En cet anniversaire du renouvellement de la nature, j’en profite pour vous annoncer que c’est aussi l’anniversaire des 1 an de mon blog !

Alors hag sameah et Happy birthday! (Qu’il y en ait beaucoup d’autres !)

To Be or not To bechevat!!

Commenter cet article