Friday night with Horowitz family!!!

  • Junes Davis-Cohen

Depuis à peu près deux ans, je croise à l’école de mes enfants, la maman d’une petite fille de la classe de mon fils: Sierra. Cette wonderwoman des temps modernes, comme j’adore les appeler (un boulot au top, une taille 0, des enfants toujours beaux et polis, une coiffure impec' même par temps de pluie...), me propose de venir passer le dîner du vendredi soir chez elle, la semaine en 8:

- OK, je vérifie avec le maître de mes émotions et te donne ma réponse en vitesse.

De texto négo en texto négo, mon mari dit: Yes, we can!

Donc, arrive le vendredi où j’avais donné rendez-vous à mon homme directement chez la famille Horowitz pour le dîner.

Dès que nous sommes arrivés à l’étage, je me suis tout de suite dit que j'allais passer une sacrée soirée:

J’ai vu vingt paires de chaussures alignées devant l’entrée (même des louboutins, des vraies, avec la semelle rouge et tout, j’ai palpé, taille 37 ! Dommage, pas ma taille, je les aurais bien piquées!). Je tape à la porte, et découvre quinze personnes en chaussettes et pieds nus. Ah mince, moi qui voulais garder mes talons !

Allez, fais pas d'histoires Davis, retire moi tes souliers, que tu viens juste d’enfiler dans le lobby, ni vu ni connu. Tu dois jouer le jeu ! Tout en les retirant à contrecœur, je jetais un rapide coup d'œil à ma pédicure, pour faire le constat. Oy misère, et quel constat ma Junes ? Oh, c'est bon, voix off, c'est vrai quoi, combien sommes-nous à faire genre tu as des chaussures de ouf fermées et qu'en fait en dessous bah... bref, vaux mieux pas s'étaler sur le sujet!!

Je passerai toute la soirée à mettre un pied sur l’autre pour cacher mon scandale plantaire ! Je ne vous parle même pas des quinze centimètres perdus d’un coup, alors je me suis dis qu’il fallait que je trouve un autre moyen pour me faire passer pour une grande dame aux pieds nus !

Passée cette réflexion mentale, je me suis retrouvée devant une table magnifique remplie de différentes salades vertes avec des associations que je ne connaissais pas: poire, pomme, miel et laitue. Avocat, miel, graines de pumpkin, saumon à l’orange, miel, etc...

Quelques minutes plus tard, mon mari m’a rejoint, et a tenté à son tour de faire de la résistance de chaussures, mais le mari de ma copine, Steve, lui a expliqué que c'était pour laisser les microbes dehors. Ah d’accord! Cela me rappelait vaguement un épisode de bip-bip in the city où Sarah Jessica par cœur s’était fait voler ses chaussures haute couture pendant le même style de soirée. Alors moi, je jetterai un œil anxieux toute la soirée vers mes chaussures avec la peur au ventre qu’on me les pique !

C’était des belles chaussures ??? Bah oui quand même! En jean, ultra stylées, un peu déchirées sur le côté. En jeans ultra stylées, un peu déchirées, pour un dîner? Non, mais finalement, c’est mieux de te les avoir fait retirer, je pense !!

Dès que nous nous sommes tous installés, nous avons écouté religieusement (c’est le cas de le dire !) la prière sur le vin. Et pendant le traditionnel lavage des mains, j'ai eu droit à toutes les phrases en français que mes co-invités connaissaient:

« J'adore Paris!!! Comment allez vu? La Tour Eiffel!!!! Comment tu t'apule???? »

On se rassoit, on motsi, et croque le bon pain trempé dans le miel (j’en ai conclu que notre hôtesse adorait le miel !), mais au bout de trois minutes de conversation avec ma voisine, le mari, Steve prend son verre et commence à jouer le maître de cérémonie. Il tapote avec le couteau sur son verre, clic clic, pour attirer l’attention de tout le monde comme dans un mariage. Il nous propose de nous présenter chacun à son tour. La règle était soit: de dire quelque chose d’embarrassant sur sa vie, soit de raconter un mot sur la Drasha de la semaine (Banco! Ce serait l’option 2 pour moi!)

Ah bon? J'aurais cru que tu allais raconter une petite vdm, toi qui en as tant ! Même pas en rêve, les gars, je leur balance un truc. Je ne les connais que depuis dix minutes tout de même! Oh ça va, on te connaît Junes Davis, ne nous fais pas croire que les dix minutes de connaissance qui te séparent de ces gens vont t’arrêter pour raconter ta vie, allez, sois un peu honnête ! Vois-tu, ma chère, il me reste un vieux fond de dignité face aux américains, que je compte bien conserver au maximum. Eh bien, cela ne va pas durer!

Bref, tout le monde commence à se présenter. Chacun choisit de raconter soit un bout de sa vie, soit un bout de connaissance judaïque, tout le monde plaisante, on se passe les plats et arrive au tour des parents de Steve, qui sont à table, de nous raconter une anecdote croustillante:

La maman, 70 ans (super classe), nous raconte qu’elle était serveuse dans un bar, en 1948, et qu’elle a eu un crush (le béguin quoi!) pour un jewish playboy. Elle l’a préféré à un banquier d’une famille très riche qui lui courait après depuis des mois. Son cœur a penché pour ce débutant en médecine qui venait d’une famille sans le sou. Depuis, ce même débutant en médecine était devenu un grand cardiologue mondialement connu qui se trouvait juste à côté d’elle. Le playboy était en fait son mari, cela faisait cinquante ans qu’ils étaient mariés. À la fin de son récit, avec des yeux pleins d’amour, elle lui a planté un gros bisou en lui disant combien elle l’aimait. J’en avais les larmes aux yeux. (Non mais toi, tu pleures pour tout aussi!)

Arrive le tour de la sœur de Sierra qui nous a raconté un moment douloureux de sa vie: son divorce. Personne ne parle, personne ne mange. Nous sommes obsédés par son récit qu’elle raconte avec beaucoup d’émotion. Arrive le tour du géant aussi à côté d’elle (sérieux, il devait faire au moins deux mètres au minimum! Mais n’importe quoi, c’est toi qui crois cela avec ton 1m50 sans talons, t'avais l’impression ce soir-là que tout le monde était immense!). Lui aussi nous a parlé de son divorce, pareil avec beaucoup de passion... mais au bout de quelques minutes et par des déductions d’une longue carrière de gossip communautaire que même Albert Einstein n’aurait pas pu comprendre, ce sont en fait des ex-époux (??????) qui racontaient chacun leur tour comment ils avaient vécu leur divorce (?????).

Entre chocs et émotions, la soirée me faisait penser à un plateau de Julien Courbet ou de Mireille Dumas, version "bat les masques". S'ensuit un brouhaha d'explications entre les ex et nous qui sommes pris en otage dans ce dîner. Sierra tentera de faire revenir l’ordre mais Steve, en tant que futur Jimmy Kimmel, animateur télévision, remettra de l’ordre et nous passerons au dessert.

Le moment incroyable: c'est quand la fille de mes hôtes nous a expliqué qu'elle avait appelé Barack Obama himself pour lui dire ce qu'elle pensait de son gouvernement.

Rappelle nous Junes, quel âge a la petite Sholamite? Dix ans, voix off, dix ans. Où j'étais moi, à dix ans? Ah oui, en train de jouer à la marelle dans la cour de l'immeuble de chez mes parents avec mes sœurs. J’avais en face de moi, une jolie poupée qui nous expliquait l’importance en tant que citizen de donner de temps en temps son avis.

- Euh.....Okay!!!!

Au moment des desserts, je trouvais des mini-cookies (sans miel) délicieux en face de moi, que j'avalais comme on mangeait des pépites sur le banc au Maroc. Sans m'en rendre compte, j'avais englouti la moitié, jusqu'à ce que le papa demande à goûter aux merveilleux gâteaux que ses enfants avaient confectionnés exprès pour lui: Gloupsss ! Je m'enfuirai pour de faux aux toilettes pour faire diversion, tellement j’avais honte.

Arrive le birkat amazon.com 😉 les actions de grâce après le repas........euh pardon "le Bench" comme disent les gens d’ici. J'avais l'impression de me retrouver en colo du Tikvatenou où nous chantions tous ensemble, coudes contre coudes!!

Nous sommes passés tous au salon où je voyais tendrement mes enfants jouer avec les autres enfants. Fifille 1 était tombée amoureuse de la maison de poupée de Sholamite justement ! Il faudra être à quatre pour l’arracher de cette chambre, ma fille, pleine de ressources, s'accrochera aux parois en hurlant: « je veux la même, je veux la même! » Vous aussi, vous avez cette impression que vos enfants trouvent que chez les autres, c’est toujours mieux??? Apparemment, c’est normal ! Et si tu as les boules, c’est normal aussi !

Vers la fin de cette soirée inoubliable, Steve nous proposera de traverser le palier et de dire bonjour au rabbin de notre communauté, qui lui-même était en chaussettes, ainsi que tous ses invités (sérieux, je n'ai pas compté, mais il en avait au moins cinquante!) Avec beaucoup de WARM attitude, il nous a invités à sa table pour la semaine d’après. Nous passerons le reste de la soirée à faire des allers-retours entre l’appart de Sierra et celui du rabbin.

Ce fut une soirée épique, incroyablement enrichissante, que j'avais envie de vous faire partager puisque pendant ces quelques heures, j'avais l'impression de me trouver en Israël avec la sensation d'être chez moi (oui, mais tu ne l’étais pas!). J'étais tellement fière d'appartenir à un peuple si différent par ses coutumes, mais si proche par sa pratique ! Je souhaite un jour proche être assis avec vous tous autour de la même table pour chanter et vibrer au son des merveilleuses mélodies chabbatiques!

Je vous fais plein de bisous sur les joues et vous dis à mercredi pour un dossier particulier:

“Comment s’habiller tsniout sans ressembler à un sac de pommes de terre?”

PS: N'hésitez pas à me raconter à votre tour vos expériences, je vous lirai avec un grand bonheur et à défaut de piquer des louboutins, je vous piquerai vos idées. Parole de Junes

junesdaviscohen@gmail.com

Friday night with Horowitz family!!!
Friday night with Horowitz family!!!

lea 28/12/2015 14:19

Mdr tous les invites qui doivent manger pieds nus..mais en fait petite question que je me pose depuis un moment" les histoires que tu racontes ca t es vraiment arrivé ou cest de la pure fiction??

Junes Davis-Cohen 28/12/2015 14:37

ahahahah, ca c'est the question. Pour cette histoire tout est vrai☺️☺️

Lili 21/12/2015 10:14

L'épisode du divorce par les deux protagonistes : Trop drôle !!!

Junes Davis-Cohen 21/12/2015 15:03

je te promet Lili c'était culte ce moment tellememt c'était incroyable

Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog